AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Embarassing... [Finn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Embarassing... [Finn] Jeu 3 Juil - 22:41


    Il y a quelque-chose à savoir sur moi. Je ne fais que rarement les bons choix, pour ne pas dire jamais, et encore moins concernant mes partenaires. Sexuels j’entends. C’est ça qu’ils ont en tête non ? De 15 à 77 ans, ils n’ont qu’une chose à penser, nous mettre dans leur lit. Je ne sais pas s’ils sont tous comme ça, en tout cas c’est ceux que j’ai connu. Je n’ai pas une grande estime de moi, et ça n’a jamais été en s’arrangeant. Normalement, c’est à un père de valoriser sa fille, non ? Je n’étais pas dans le schéma de l’Œdipe difficile à boucler. Non, au contraire. On m’a toujours appris à me débrouiller par moi-même, faire bonne figure et surtout rester dans le rang. Comme réponse, je me suis raccrochée au premier qui me faisait un compliment, veillait à rester bien en marge et surtout à rester loin de tout lien trop fort avec mes parents, tout comme eux ceci dit.

    Tout ça pour dire que mon choix en matière de mec laisse toujours autant à désirer qu’à l’époque de mes 14 ans. Ce soir, c’est dans mon bar que j’invite celui qui me drague depuis trois services. Trois jours de résistance, le bout du monde pour moi. Je vois, je veux, je prends, je consomme et je m’empresse de jeter. Telle est ma devise. Le but ? Ne pas s’attacher. J’aurais trop peur de souffrir. Famille, amour, tout ça n’est qu’un finalement.
    Ce soir, ce fut le soir de trop. Le mec s’est pointé avec une rose ! Bordel, un cadeau. Il ne m’a pas lâché de la soirée, son regard ténébreux, pourtant si clair, ses muscles qui se devinent sous sa veste en cuir… je fonds, c’en est trop. Il est le dernier à partir ce soir, que dis-je, il ne part pas, préférant me coincer derrière le bar. Il n’y a que nous deux, il est près de 5 h du matin, et les choses sérieuses commencent. Je suis un peu éméchée. La tequila paf que j’ai pu avaler avec une paire de clients berlinois n’est pas passé aux oubliettes.

    Les mains fermes et musclées de mon presque inconnu remontent le long de mes hanches puis me retire ce débardeur que je ne saurais garder face à une telle fougue. Me voilà sur le point de faiblir, non, je suis déjà à mille lieux de ma conscience, et je me laisse aller, je me laisse faire, après tout, on n’a qu’une vie non ? Et de ce côté-là, la mienne est vide. Alors allons-y gaiment… Je sens ses gestes se concentrer sur ma poitrine, prêt à me retourner sur le bar, classe, c’est le cas de le dire. Mais les portes battante s’ouvrent, et je me retrouve transportée à 10 000 bornes de là où je pensais être. Je suis dans mon bar, sur le point de me faire honorer par un type m’ayant payé un verre dans mon propre bar. Putain.

    - Finn…

    Gênée, je le suis. Je porte mon top à ma poitrine, je me retrouve en soutien-gorge devant deux hommes à la fois, jackpot ma grande, ça t’apprendra.

    - C’est qui lui ?!
    - C’est mon ami.
    - Et ben dis-lui de dégager. On a un truc à finir tous les deux.
    - Non, arrête…

    J’ai plus envie. De toute façon je ne me sens plus digne de relever les yeux. Pas face à Finn. Cet homme que je tiens pour ami, pour confident, et surtout pour qui j’ai un grand respect. C’est un homme bien, sans doute le meilleur que je connaisse. Et je crois que je viens de perdre 10 places dans son estime.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Lun 7 Juil - 20:57


Comme souvent, la journée de Finn commençait très tôt le matin, pour se terminer relativement tard le soir. Peu enclin à compter ses heures lorsqu’il s’agissait de son boulot, le jeune homme se faisait même un plaisir de passer le plus clair de son temps derrière les fourneaux. Le jour se levait à peine et pourtant, le pâtissier était déjà en route vers son établissement, profitant de l’air frais qui fouettait son visage et semblait lui donner assez d’énergie pour tenir tout au long de la journée. En arrivant à proximité de sa boutique, Finn lança machinalement un regard vers le bar d’en face, celui-là même que Charlie tenait depuis un certain temps maintenant. En général, ils ne faisaient que se croiser, la journée de la jeune femme se terminant lorsqu’elle celle de Finn débutait. Un léger sourire aux lèvres, il tourna les talons et corrigea sa direction pour se rendre au Bowery, où il voyait une lumière témoignant de la présence de son amie qui devait remettre sa salle en ordre après une nuit agitée. Lorsqu’il était un peu en avance, ou qu’il avait tout simplement envie de la voir, Fin n’hésitait pas à s’inviter pour partager quelques mots, ou même un petit déjeuner avec Charlie. Aujourd’hui, il arrivait les mains vides mais espérait qu’elle ne lui en tiendrait pas rigueur. Et si elle le souhaitait, elle pourrait toujours passer à la pâtisserie lorsqu’elle en aurait terminé avec le nettoyage, pour se restaurer avant de regagner son appartement pour un peu de sommeil bien mérité.

Comme à son habitude, Finn pénétra donc dans le bar sans frapper, mais stoppa brusquement son chemin en tombant sur une scène pour le moins… particulière. Charlie était bien là, mais elle n’était pas seule. Et surtout, elle était en soutien-gorge dans les bras d’un homme bien trop laid pour elle. Du moins, ce fut la première pensé qui traversa l’esprit de Finn avant qu’il ne réalise concrètement ce qui était en train de se passer. Incapable de prononcer le moindre mot, il scruta la scène alors que l’homme en question se renseignait déjà sur son identité, en demandant à Charlie de le faire déguerpir. Ce que refusa la jeune femme en baissant les yeux honteusement. Mais l’inconnu ne l’entendit pas de cette oreille, et montra rapidement des signes d’insistance qui contrarièrent Finn, même si au fond, tout cela ne le regardait pas. Seulement voilà, il s’agissait de Charlie, et il fut étonnamment incapable de se retenir. Avançant vers l’homme avec plus de détermination que jamais, Finn cracha : « Laisse-la, c’est à toi de dégager. » d’un ton glacial. Sans pouvoir s’en empêcher, le jeune homme alia le geste à la parole et s’autorisa à pousser le prétendant pour le détacher définitivement de Charlie. Le regard noir qu’il portait sur lui sans jamais dévier en disait long et l’espace d’un instant, Finn eut l’impression de retrouver ses vieux réflexes. Ceux qui avaient fait de lui un garçon peu recommandable quelques années auparavant. « Elle a dit arrêtes. Lâche-la ! » Le message était clair : il était prêt à en découdre si l’individu qui avait osé poser ses pattes sur Charlie ne daignait pas déguerpir tout de suite.

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Jeu 10 Juil - 11:02


    Je n’ai jamais eu de très bons rapports avec l’alcool. Déjà plus jeune… j’ai bu mon premier verre à l’âge de 12 ans au cours d’un pari débile durant une partie de cap ou pas cap. S’en sont suivi les soirées pyjama où les bouteilles de vieilles mères alcoolique tenaient lieu de garçons. On avait tous une mère qui buvaient trop pour la moyenne nationale. Oh on s’y faisait, on partait comme elles. Puis les booms et enfin les soirées en boite à partir de 15-16 ans. La majorité ? Nul besoin d’être majeure pour se voir servir un verre d’alcool dans un bar quand vous vous appelez Lancaster. J’avais compris le système bien avant d’avoir eu à en profiter. Une longueur d’avance, c’est ce que j’essaye d’avoir et personne ne m’en soupçonne, ce qui me permet d’avancer comme bon me semble.

    Toujours est-il que j’ai toujours très mal su gérer mes ennemis. Tout du moins les identifier. Je n’ai jamais su me méfier des bonnes personnes. Autrement dit, mon instinct de survie est pour le moins néant, je l’ai assez vite remarqué. Je n’ai pas peur de grand-chose, pour ne pas dire de rien, toujours est-il que la peur paralyse et je me suis refusée à la laisser faire. Libre, c’est tout ce que je veux être. Libre ! Totalement libre. Libre d’emmerder les conventions, de penser ce que je veux, de me taper le premier venu, de boire un verre avec un client, de claquer mon salaire en soirée. Ne plus rien avoir à regretter. La mort de mon père m’a beaucoup fait réfléchir. Pas que j’entretienne un Œdipe indomptable avec lui, mais ça restait mon père, une référence masculine m’accompagnant tout au long de ma vie. Quoi qu’il en fut, je me suis rendue compte que la vie ne tenait qu’à un fil, et au lieu de vivre raisonnablement, d’arrêter de fumer, de faire du sport et de manger bio, j’ai préféré prendre la tangente et foncer tête baissée dans une vie à 100 à l’heure qui ne m’offrirait peut être pas le centenaire mais au moins le plaisir d’avoir vécu comme il se doit.

    Encore une fois ce soir j’ai prouvé combien j’étais libre. Libre de ma connerie oui ! Un verre de trop, une ou deux avances, assez pour que je me sente flattée et hop le haut ! Je suis pitoyable, et je m’en rends compte au moment où mon regard croise celui de Finn. Pour moi, il incarne la stabilité, la simplicité, l’assurance. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais lui, a réussi sa vie. Moi… Je me cherche encore. Et il trouve encore le moyen de me défendre en s’interposant. OK donc je vais agir avant que mon plan cul qui n’en n’est finalement plus se décide à se rebeller et abîmer Finn. Ça m’emmerderait ^^ Ce n’est pas une armoire à glace, au contraire, il fait tout fragile, bien qu’il soit une épaule solide sur laquelle s’épancher, mais je ne pense pas que le freefight soit une carrière qu’il ait un jour envisagée ^^ Remettant mon top à la va vite et surtout à moitié, je m’interpose entre les deux. Je me rends compte que je ne sais même pas comment l’appeler.

    - … quel que soit ton prénom, sors de là.
    - Tu m’allumes et tu fais intervenir le chevalier servant. Les filles comme toi s’appellent des putes.
    - C’est ça et je prends trop cher pour toi, dégage.

    Je le pousse vers la sortie, et il finit par se retirer, vaincu. Soulagée, bien qu’à moitié, je me tourne vers Finn et ajuste mon top, remonté sur mon ventre.
    Je dois m’occuper les mains et me lance dans un rangement fictif et inutile de verres qui trainent. Juste pour ne pas avoir à affronter son regard.

    - Tu n’aurais jamais dû voir ça, je suis désolée…

    Je réagis comme si je venais de le tromper. Je suis vraiment au fond du trou…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Dim 13 Juil - 13:07


Quelques années auparavant, Finn avait été un de ces mauvais garçons, ne vivant que d’alcool et de bagarres. Aujourd’hui, cela paraissait un peu difficile à imaginer, mais c’était bel et bien cette période qui l’avait définitivement éloigné de sa famille et même de sa petite sœur qui avait pourtant toujours été de son côté. Après plusieurs séjours à l’hôpital et quelques rixes qui avaient bien failli lui coûter la vie, Finn avait finalement réalisé que sa lace était ailleurs, qu’il ne pouvait pas gâcher le reste de sa vie avec ce genre « d’amusements » et qu’il devait se sortir de là tant qu’il était encore temps. Cette prise de conscience l’avait mené sur les routes, jusqu’à ce qu’il décide de poser ses valises à Myrtle Beach pour s’y établir et reprendre une vie à peu près normale. Depuis ce temps là, il ne s’était jamais plus montré violent, n’avait plus touché à la drogue et avait considérablement réduit sa consommation d’alcool. Bref, il s’était racheté une conduite qui faisait de lui un homme nouveau. Mais aujourd’hui, en face de ce mec qui s’en prenait à Charlie et sans même chercher à comprendre si elle était consentante ou non, Finn sentait que ses vieux démons pouvaient de nouveau l’envahir, et le pousser à régler son compte à cet inconnu un peu trop entreprenant. Voir ce regard qu’il portait sur elle, ses mains posées sur sa peau, ça le rendait fou. Au fond, il n’avait aucune raison de l’être… Charlie avait bien le droit de faire ce qu’elle voulait avec qui elle voulait, mais sans qu’il ne puisse la contrôler, Finn avait soudain été prit d’une jalousie incompréhensible.

En voyant les deux hommes prêts à en découdre, la propriétaire des lieux ne tarda pas à se rhabiller tant bien que mal et à s’interposer, empêchant ainsi Finn de faire quoi que ce soit. Mais l’inconnu ne semblait pas l’entendre de cette oreille, et protesta : « Tu m’allumes et tu fais intervenir le chevalier servant. Les filles comme toi s’appellent des putes » Aussitôt, Finn eut un élan de colère qui le projeta vers l’homme en question pour lui asséner son poing dans la figure, mais son geste fut interrompu par la présence de Charlie entre eux, qui s’empressa qui plus est de le pousser vers l’extérieur pour se débarrasser de lui sans trop de dégâts. Furieux mais soulagé de le voir disparaître, Finn ne put s’empêcher de poser un regard réprobateur sur la jeune femme qui revenait, et tenter de s’occuper en rangeant des verres sans aucune logique. Il pouvait très bien sentir la gêne dans son regard fuyant et dans le ton qu’elle employa pour s’excuser, mais eut bien du mal à se départir de sa colère. «  Charlie, c’était qui ce mec ?! » questionna-t-il d’un ton un peu sec, omettant le fait qu’elle n’avait strictement aucun compte à lui rendre. « Qu’est-ce qu’il fichait là à cette heure ? Tu te rends compte qu’il aurait pu… » Finn s’interrompit en grimaçant, sans juger bon de terminer sa phrase. Oui, il aurait pu lui faire du mal, mais visiblement il n’était pas là pour ça. Et jusqu’à l’arriver de Finn, Charlie ne semblait pas non plus lui reprocher d’être resté avec elle… bien au contraire. Et au fond, même s’il avait un peu de mal à se l’avouer, c’était bel et bien ça qui mettait le pâtissier dans tous ses états.

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Lun 21 Juil - 22:11

Spoiler:
 


    Tout commence à se compliquer quand mister alcool vient pimenter la fête. Alors au début c’est cool, on en profite, on flirt, on se sent libre, vivant, jeune aussi pour certains. On se sent prêt à tout, comme un ado, on régresse, c’est le terme. Les adultes sont censés avoir la retenue suffisante et la réflexion adéquate pour affronter la vie tous seuls, sans filets, sans ses parents en tout cas. Mais l’alcool vient troubler tout ça et rend nos âmes vulnérables et nos envies exacerbées. Pour tout avouer, sobre, ce type ne m’aurait même pas interpellé au passage. Je n’aurais pas retenu son visage et encore moins son nom ! Que je ne connais toujours pas d’ailleurs… Remarque, c’était pas le but, ni lui ni moi n’avions l’intention de nous revoir. Tout ça pour dire, que boire, c’est mal. Parce qu’après ça donne ça. Des galères. On se plaît tout de suite, sans prendre le temps de filtrer notre ressenti, on couche ensemble – appelons un chat, un chat – et le lendemain, quoi que parfois même si tôt fini, on le regrette. Je ne suis pas sûre que l’idée de boire avec les clients soit celle du siècle, encore moins ce soir. Disons que je suis tombée sur le mauvais gars, en buvant la mauvaise tequila. Pourtant la mienne est bonne, et on ne peut plus luxueuse, parole de barmaid !

    Je me retrouve dans une situation pour le moins délicate, sans avoir eu le temps de regretter ma partie de jambe en l’air, mais plutôt ce qui précède. Putain, mecs ou filles, les embrouilles sont les mêmes au final. Un autre homme que Finn, j’aurais eu moins de scrupules à le virer voyez-vous. Mais voilà, c’est Finn. Ce n’est pas juste un collègue, même si notre relation n’est même pas un flirt, c’est un attachement pudique. On n’ose pas se le dire, mais on tient l’un à l’autre. Il n’est pas que le garçon d’en face, il est aussi un ami, un confident, tout ça à la fois.
    Je fini par le dégager, sans grand ménagement. Puis revint malgré moi vers Finn, derrière le bar, à poursuivre son œuvre dans un rangement des verres qui n’a rien à avoir avec mon habitude mais je n’ose pas lui dire qu’il fait mal.

    - Personne. Un client…

    Faisant claquer les verres en les reposant sur le bar. Je fais comme si l’homme à mes côtés n’était qu’un extra, je n’ose même pas le regarder dans les yeux ! Il me juge, je le sais, je le sentirais à 10 bornes. Le même regard que mon père aurait posé sur moi en la même occasion. Il ne supportait pas que je me laisse aller à n’importe qui. « Ce n’est respectable Charlie, en dehors de notre nom que tu remets en cause, tu mérites mieux que ça ». Son « Je t’aime, mais tiens ton rang ». Suffisait de savoir le prendre.

    - Me baiser ? Oui Finn, j’étais au courant, et j’étais plutôt consentant si c’était ta question. Putain !

    Je laisse échapper un verre et me coupe en tentant de ramasser les morceaux dans l’évier. Ça commence à me taper sur le système tout ça. J’ai sommeil, une journée dans les pattes, ou plutôt une nuit, je suis frustrée, gênée, et la situation m’échappe. Ça me rend dingue.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Mar 22 Juil - 13:07


Jaloux. L’adjectif était un peu difficile à s’avouer pour Finn, mais il traduisait pourtant parfaitement bien ce qu’il ressentait à l’heure actuelle. Avoir vu cet homme poser ses sales pattes sur Charlie l’avait complètement retourné, faisant renaitre en lui ses vieux démons de bad boy prêt à se battre avec n’importe qui et pour n’importe qu’elle raison. Seulement voilà, cette fois, ce n’était pas n’importe quoi. Il s’agissait de Charlie et même s’il n’avait absolument aucun droit sur elle, Finn se découvrait étrangement possessif et protecteur envers elle. Il n’avait pas supporté cette proximité avec un inconnu parce qu’il savait qu’elle valait bien mieux que ça, parce qu’une telle situation la mettait potentiellement en danger et que le jeune pâtissier ne saurait tolérer que quiconque fasse le moindre mal à son amie. Jamais auparavant il n’avait ressenti quelque chose d’aussi violent concernant Charlie mais aujourd’hui, il ne semblait plus être maitre de lui-même. De son côté, la jeune femme semblait aussi gênée qu’exaspérée, et elle ne se priva d’ailleurs pas de le lui faire comprendre en crachant : « Me baiser ? Oui Finn, j’étais au courant, et j’étais plutôt consentante si c’était ta question. Putain ! » Ce faisant, elle lâcha un verre qui vint exploser dans l’évier avec fracas et lui coupa la main lorsqu’elle entreprit d’en ramasser les débris.

Immobile, les sourcils froncés, Finn avait tout simplement l’impression de se trouver en face d’une étrangère. Jamais il n’avait vu Charlie dans une situation pareille. Jamais elle ne lui avait parlé ainsi, et parut aussi paumée. Le pâtissier avait à la fois envie de la sermonner et de la prendre dans ses bras pour la calmer en la voyant autant au bout du rouleau. Ses yeux se posèrent alors sur la main ensanglantée de Charlie et y restèrent quelques instants, le temps que l’esprit de Finn renoue un tant soit peu avec la réalité après le choc qu’avait constitué la réaction de son amie. Mais malgré la colère, l’envie de la prendre dans ses bras rit le dessus et sans réfléchir au fait que son geste pouvait paraître totalement déplacé, il s’approcha de Charlie et s’exécuta. En silence, il l’attira contre lui, allant même jusqu’à porter une de ses mains vers ses cheveux. C’était certainement la première fois qu’il s’autorisait à être aussi proche d’elle mais cette fois, il n’avait pas pu s’en empêcher. Il l’avait sentie proche de la rupture et en un temps record, avait été capable d’effacer sa propre déception pour se concentrer sur Charlie, et uniquement sur elle. Laissant passer quelques instants sans broncher, Finn se détacha finalement d’elle et reporta son regard vers sa main blessée en susurrant : « Il faut soigner ça… Ou est-ce que tu ranges ta trousse de secours ? »

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Mer 23 Juil - 8:06


    Je suis le genre de personne qui attaque pour me défendre. Quand je me sens prise entre deux feux, ou en faute, comme maintenant, je deviens agressive. C’est une pratique familiale. Il suffisait de voir comment ma mère répondait à mon père ou se chargeait de foutre en l’air tout ce qu’il pouvait entreprendre, en affaires comme en voyages inopinés pour comprendre de quoi il en retournait. Je n’ai jamais su me contenir. Je dis ce que je pense mais je ne pense pas toujours ce que je dis. La spontanéité, c’est ce qui me caractérise un peu trop. Je suis une instinctive, je laisse le côté cérébral à mon frère, Aiden. Dans cette situation, il aurait agis bien différemment, moi je le fais comme une gamine de ghetto, j’en suis consciente. Passer au-delà de mes émotions est pour le moins compliqué, surtout face à Finn.
    Se faire goaler par lui sur le point de m’envoyer en l’air derrière mon comptoir n’a pas eu pour effet de me calmer, ce serait même plutôt le contraire. Je me sens prise en faute, alors que je ne lui dois rien théoriquement. Nous ne sommes ni un couple, ni en passe d’en être un, nous sommes amis, je crois… Enfin si nous le sommes encore !
    Impulsive, c’est tout ce que je parviens à être dans ce genre de situations. Je regrette ensuite, un peu sur le tard, je l’accorde. Mais comment reprendre le dessus ? Je viens de me faire goaler en train de me taper le premier qui passe. Et pour le coup ce fut réellement le premier qui passe. Il m’a offert un verre, je n’ai pas dit non, il a tenté d’aller plus loin, je ne l’en ai pas empêché.
    Mais même face à ma façon de l’envoyer se faire foutre, Finn trouve le moyen de me surprendre et de me prendre contre lui. Je me raidis, puis fini par me laisser faire et aller contre lui, posant ma tête sur son épaule. Je peux enfin lâcher toute cette pression, il n’est pas parti en courant, mais la honte me ronge de l’intérieur. Bon, théoriquement il sait comment ça se passe, mais ce n’est sans doute pas une raison pour lui donner cette image de moi. Quelle crédibilité, bravo ! Je ne retiens pas mes larmes longtemps. Je m’autorise à craquer, non mais quelle abrutie je suis ! Tu te surpasses Charlie ! Des sanglots silencieux qui secouent mon corps endolori, fatigué et à bout de nerfs. Je ne me suis jamais autorisée à craquer face à la mort de mon père. Je suis restée… digne, comme on dit chez nous. Est-ce-que ça m’aurait pour autant réussi ? La preuve que non. Mais je me reprends bien vite, habitudes obliges. Je me redresse et sèche mes larmes discrètement. Pour autant, Finn ne fuit toujours pas. Lui, soit je l’épouse, soit je lui demande s’il n’aime réellement pas les hommes, ou l’inverse, ça m’éviterais certaines déconvenues !

    - C’est pas grand-chose. Je crois que j’en ai là.

    La main ensanglantée, je farfouille de celle encore valide dans un coin du bar pour en sortir une trousse de secours. Je n’embauche pas souvent d’extras, et pour le coup, ils sont plus doués que moi en général. Je repère les branques à des kilomètres et m’empresse de leur promettre de les rappeler. Ou de leur proposer de changer de voie, ça se fait aussi…
    Je pose le tout sur le comptoir, m’asseyant sur un des tabourets, évitant soigneusement le regard de mon ami.

    - Ecoute, c’était un moment à vide, ça passera. On n’en parle plus.

    Evitons de revenir sur le sujet, voilons nous la face, je préfère ! On fait ça super bien dans la famille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Jeu 24 Juil - 12:21

Finn ne connaissait pas Charlie depuis une éternité et pourtant, il avait parfois l’impression de la comprendre sans même qu’elle n’ait besoin de parler. Ce fut d’ailleurs pour cette raison qu’il lui imposa un rapprochement, alors que la jeune femme ne faisait que le repousser avec fracas. Comme s’il avait saisi que cette réaction faisait seulement partie de la carapace sous laquelle Charlie avait l’habitude de se cacher, le pâtissier n’avait pas réagi et avait préféré la prendre dans ses bras. Et bien que réticente au début, la jeune femme se laissa finalement aller contre lui, posant même sa tête contre l’épaule de son ami qui put même distinguer quelques sanglots silencieux. Ne souhaitant pas remuer le couteau dans la plaie, Finn se contenta de frictionner doucement son dos. Après tout, il avait toujours pensé que dans ces cas-là, des gestes valaient beaucoup mieux que des mots qu’il aurait, de toute façon, été incapable de trouver. Et puis Charlie avait sa fierté, et il le savait. Il savait que son armure lui imposait d’instaurer une certaine distance entre elle et les autres et même s’il venait de le faire, Finn ne voulait pas paraitre trop intrusif. Il était là pour la réconforter, la consoler, mais était aussi prêt à s’effacer dès qu’elle en déciderait ainsi. Et ce fut d’ailleurs le cas après quelques instants seulement : Charlie recula et essuya ses larmes d’un revers de main sous le regard bienveillant de Finn, avant de fouiller dans un coin de son comptoir pour en sortir une trousse de secours.

« Ecoute, c’était un moment à vide, ça passera. On n’en parle plus. »
se justifia Charlie en s’installant sur un des tabourets entourant le comptoir. Son regard était fuyant, mais Finn ne lui en tenait pas rigueur. Après tout, une telle réaction était tout à fait compréhensible, et le fait qu’elle vienne tout juste de craquer dans ses bras ne devait rien arranger. Alors, il s’installa à son tour sur le tabouret voisin et commença à déballer le contenu de la trousse de secours en déclarant, l’air de rien, après avoir hoché la tête : « Promet-moi juste de faire attention à toi… » Imbibant une gaze de produit désinfectant, Finn s’appliqua ensuite à nettoyer la plaie qu’avait occasionné le verre dans la main de Charlie, le plus délicatement du monde pour ne pas lui faire mal. Du moins pas plus que ce que le produit le faisait déjà. Puis il attrapa le sparadrap et confectionna un pansement du mieux qu’il put pour protéger sa plaie. Il n’était pas médecin, et n’avait jamais aimé ce genre de choses mais pour Charlie, il était bien prêt à faire quelques sacrifices, y compris celui de s’improviser secouriste de fortune pour la soigner. « Ca va ? » s’enquit-il tout de même en terminant son ouvrage, par certain d‘opérer comme il le fallait. Puis il rangea le contenu de la trousse et la replaça là où Charlie l’avait prise, avant de reposer son regard sur elle en affichant un mince sourire. « Ecoute, on va faire un deal. T’es épuisée… alors tu vas aller dormir, te reposer, pendant que je m’occupe de ranger ta salle et de tout nettoyer. Tu n’auras qu’à passer récupérer les clés à la boutique avant l’ouverture ce soir. « Et devant la mine sceptique de Charlie, le jeune homme ajouta d’un air faussement sérieux : « Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le au moins pour moi. J’ai toujours rêvé d’être femme de ménage… »

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Jeu 31 Juil - 16:40


    Je ne suis qu’une abrutie, et ce n’est pas nouveau. Savoir que je viens de tout foutre en l’air avec Finn… enfin tout… Je ne sais pas. Ce garçon est quelqu’un de bien, et moi je lui donne à voir la plus mauvaise facette de moi-même en me permettant de l’engueuler, je ressemble beaucoup trop à ma mère dans ces moment-là ! Je n’ai pas été élevée dans un esprit de justice, de ce qui se fait ou non, au contraire, je suis plutôt une princesse pourrie gâtée, qui se rebelle quand elle n’obtient pas gain de cause, même si j’ai toujours rejeté cette idée. Mais il suffit de voir mon comportement pour comprendre. Je ne suis pas trop pour qu’il en soit conscient, si on pouvait faire marche arrière, peut-être que j’aurais pensé à verrouiller la porte d’entrée !

    - Finn, m’envoyer en l’air ne me fera pas de mal, rassure-toi…

    Toujours cette ironie cynique. Je sais que ça ne me mènera à rien mais l’impulsivité dont je suis victime – ou bourreau sur les autres – est tout de même quelque-chose de très présent chez moi, sans doute trop pour que ce soir normal.

    Il prend ma main sur le comptoir et s’attèle à me faire un pansement de fortune. Il est plus doué que je ne l’aurais parié. En même temps venant de cet homme je ne sais pas ce qui pourrait encore me surprendre. Sa douceur et sa gentillesse n’ont apparemment aucune limite. Sérieusement si personne ne se décide à l’épouser je vais finir par le faire moi !

    - Ça ira mieux après une bonne douche, une aspirine et quelques heures de sommeil.

    Oui oui, tout ça ! Ce fut une grosse soirée, et une nuit on ne peut plus agitée. Entres les bagarres, l’affluence des clients, la surprise de fin de soirée ^^ Tout va bien dans le meilleur des mondes !
    Il me propose de prendre le relais, de finir lui-même de nettoyer la salle, non mais il est sérieux ou comment ça se fait ? Je ne comprends pas d’où il sort cette façon de prendre soin des gens.

    - C’est ça, et quand tu auras fini tu viendras faire mon appart aussi ? Je te laisse les clés ? ^^

    Ironique, non mais il se fout de moi, c’est pas possible. Je n’ai jamais eu que des potes qui profitaient du nom que je porte pour rentrer en boite, de la came que je pouvais me payer ou encore du monde que je pouvais connaître. Mais il me supplie, non, il n’ose pas ? Je suis tellement épuisée et vidée que je pourrais tout faire pour le remercier.

    - Ça me gêne… Ecoute, ce soir je passe te chercher à la pâtisserie et on se fait un truc tranquille chez moi, je m’occupe de tout, ça te va ? Ah oui, j’oubliais, tu n’as absolument aucun droit de refus.

    Mon sac et ma veste en cuir sur l’épaule.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Ven 1 Aoû - 21:30


« Finn, m’envoyer en l’air ne me fera pas de mal, rassure-toi… » lança Charlie avec cette ironie qui la caractérisait, et qui fit lever les yeux de Finn au ciel. Elle était incorrigible et quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, sa fierté la poussait à vouloir avoir le dernier mot. Mais une nouvelle fois, le jeune homme ne se formalisa pas et s’attela à soigner la plaie qui sillonnait sa main le plus délicatement possible. Puis, après être venu à bout de son ouvrage, il proposa à Charlie qu’elle aille se reposer chez elle pendant qu’il terminait de ranger sa salle. En réalité, cela n’avait rien d’une proposition puisqu’il n’accepterait en aucun cas qu’elle refuse, et appuya même ses dires en les ponctuant d’un trait d’humour sur lequel elle ne tarda pas à rebondir en rétorquant : « C’est ça, et quand tu auras fini tu viendras faire mon appart aussi ? Je te laisse les clés ? » plaisanta-t-elle, faisant sourire son interlocuteur qui leva les yeux au ciel devant ce nouvel accès d’ironie. Mais même en plaisantant, elle ne parviendrait pas à le faire changer d’avis et en le comprenant, Charlie reprit : « Ça me gêne… Ecoute, ce soir je passe te chercher à la pâtisserie et on se fait un truc tranquille chez moi, je m’occupe de tout, ça te va ? Ah oui, j’oubliais, tu n’as absolument aucun droit de refus. » Avant que Finn n’ait le temps de protester, la jeune femme clôtura le débat en le « condamnant »à accepter, ce qu’il fit d’ailleurs dans un sourire, bien qu’il eut préféré la voir se reposer plutôt que se mettre en quatre pour préparer leur soirée. « C’est d’accord… mais ne te tracasse pas ok ? » demanda Finn pour s’assurer qu’elle ne prévoit rien de trop important, avant d’ajouter : « Oh, et laisse-moi me charger du dessert… Tu ne peux pas me refuser ça ! » avec un regard entendu en direction de Charlie.

Comme il le lui avait promis, Finn avait tout remis en place dans la salle de Charlie, et même un peu plus que ça. Il savait à quel point le Bowery était important pour elle, alors il n’avait rien laissé au hasard et il avait pensé aux moindres détails. Certes, il avait ouvert sa pâtisserie avec quelques heures de retard mais peu lui importait. En cette saison estivale, les clients matinaux se faisaient plutôt rares et Finn comptait bien plus sur l’heure du goûter pour faire recette. Respectant les goûts de Charlie qu’il commençait à connaitre sur le bout des doigts, le pâtissier avait confectionné une tarte au citron qu’il avait d’ores et déjà emballée dans une boîte qui attendait sagement l’arrivée de la jeune femme sur le comptoir. Finn, lui, rangeait ses derniers ustensiles et, voyant l’heure avancer, fila vers l’arrière boutique pour faire la vaisselle des quelques plats qu’il lui restait. Après tout, Charlie était ici comme chez elle et elle n’aurait donc aucun mal à le retrouver si elle venait à arriver avant qu’il n’en ait terminé…

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Mer 6 Aoû - 21:38


    Je suis sans doute une princesse à papa, mais je n’ai jamais abusé de la gentillesse des gens ou des privilèges m’étant accordés. Je suis entièrement contre le piston, au contraire de mon frère qui – avouons-le – n’a réussi que grâce à son nom. Je ne suis pas certaine qu’il aurait eu le courage de mener de brillantes études en bossant lui-même pour obtenir ses notes. Non, bien sûr, gravir les échelons en se voyant propulsé directement au poste de directeur financier de la boite de papa. Il y en a qui font 15 ans d’études et des stages interminables pour n’arriver ne serait-ce qu’au poste d’assistant !

    Finn est très différent, c’est un homme qui a réussi par lui-même et de sa passion. Je trouve ça remarquable. J’aime les hommes passionnés, les gens passionnés en général. Ce sont eux qui font que je garde encore foi en l’amour. Un jour je trouverais sans doute un homme qui me conviendra, mais pas dans mon milieu, je n’ai jamais rêvé du prince charmant plein aux as, plutôt d’un marginal qui se bat pour ses idéaux.
    Il ne me laisse pas le choix, je dois m’en aller, lui laisser le bar et surtout ne pas intervenir. Soit. Je ne saurais pas comment le remercier, mais j’imagine qu’une soirée sans avoir à se prendre la tête pour se faire à manger ou finir ses lessives doit être agréable ? J’ai toutes mes journées, mes nuits sont courtes parce que travaillées, celles de Finn sont courtes parce qu’il commence très tôt, soit un train de vie radicalement opposé…

    - Je ne saurais même pas me le refuser à moi-même.

    Le rendez-vous est pris. Je suis génétiquement incapable de résister à un des desserts de cet homme, c’est ça son atout ! Faire d’une femme un sumo afin qu’elle n’intéresse plus personne à part lui, et la garder à ses propres fins. Il est malin, il faut se méfier !

    18 h… Je passe faire un tour par mon bar, avec mon propre double des clés, histoire de récupérer la veste que j’ai pu y laisser tout à l’heure. J’oublie toujours quelque-chose, la moitié de mon armoire doit se trouver dans le vestiaire ! Et là… WOUAH. Ma salle ! Qui est passé par là ? Une horde de fée ou l’intégrale des nains de Blanche Neige ? Impressionnée et presque intimidée, je laisse glisser le bout de mes doigts sur mon comptoir, reluisant lui aussi. Refermant derrière moi, je n’ai qu’à traverser le peu d’espace qui sépare mon bar de la pâtisserie de Finn. Personne dans la salle, il doit être en cuisine. Depuis le temps, je m’octroie le droit de circuler librement n’importe où dans son établissement, comme il l’a lui aussi dans mon bar – sans pour autant oser. Il est bien trop respectueux ! Je m’encombre moins des conventions, il l’a vite remarqué. Bien que j’eus poussé la porte des cuisines, il ne m’entends pas, bien décidée à le remercier, je m’aventure vers lui pour saisir son visage et déposer mes lèvres sur les siennes.

    - Mon bar n’a JAMAIS été si clean ! Comment t’as fait ? Qui tu as menacé ?! Merci, merci, merci !!!

    Oui, bon, je suis contente, je ne pensais pas pouvoir m’en remettre à lui de cette façon. J’avais bien une confiance aveugle mais un coup de balais m’aurait suffi ! Je suis très spontanée, je ne calcule pas toujours ce que je fais et je ne le fais pas toujours bien. Je le fais comme ça vient et basta ensuite.

    - Je vais devoir te sortir le grand jeu pour te remercier. Tu n’as qu’à demander, j’exécute !

    Après réflexion, ma proposition paraît bien indécente, c’est vrai… Quoi qu’avec Finn je ne risque pas grand-chose, je sais qu’il est tout sauf profiteur. Mais il peut me demander n’importe quel service, je suis prête à lui rendre, je lui suis redevable là. Il connaît mon tempérament survolté, parfois excessif. Je crois que ça lui plaît, ça contraste tellement avec le sien…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Jeu 7 Aoû - 21:39


Le ménage n’était pas une grande passion pour Finn et pourtant, le fait d’avoir nettoyé de fond en combles une salle aussi grande que celle du Bowery ne lui avait posé aucun problème. Curieusement, il avait tout fait sans rechigner, se satisfaisant même de ce service qu’il rendait à son amie Charlie qui avait à son sens grandement besoin de repos. Pour elle, il semblait prêt à un nombre incalculable de sacrifices… qui ne lui paraissaient d’ailleurs plus comme des sacrifices dès lors qu’il les faisait pour elle. Bref, une sorte de paradoxe constant entourait la relation qu’ils entretenaient tous les deux, mais Finn s’en accommodait plutôt bien, ne cherchant pas à comprendre le pourquoi du comment de ce qui le liait si étroitement à Charlie. Certes, elle lui plaisait… énormément. Mais il avait eu une trop mauvaise expérience en amour pour se croire capable de la réitérer aujourd’hui. Tout ça, ce n’était plus pour lui, un point c’est tout. Mais au-delà de ça, Finn appréciait bien plus que de raison le temps qu’il passait aux côtés de Charlie, et cela l’avait d’ailleurs poussé à accepter cette soirée qu’elle lui avait proposée en contrepartie du service qu’il lui avait rendu.

Trop occupé par sa vaisselle, Fin n’entendit  pas son amie arriver dans la boutique, ni même entrer dans l’arrière-boutique. Finalement, c ne fut que lorsqu’elle se présenta à quelques centimètres de lui qu’il remarqua sa présence, et éteignit rapidement le robinet pour la saluer. Mais, à sa plus grande surprise, la jeune femme le devança et attrapa son visage entre ses mains pour déposer un baiser plein d’enthousiasme sur ses lèvres. Abasourdi, interdit, Finn se figea et contempla Charlie d’un air éberlué, alors que cette dernière s’exclamait : « Mon bar n’a JAMAIS été si clean ! Comment t’as fait ? Qui tu as menacé ?! Merci, merci, merci !!! » Toujours immobile et particulièrement troublé par ce faux baiser qu’elle venait de lui offrir, le jeune homme sentit une sorte de chaleur monter en lui, à mesure que ses joues se teintaient de rose. Machinalement, il se replongea vers ses plats pour en terminer le nettoyage plus que maladroitement, alors que Charlie reprenait : « Je vais devoir te sortir le grand jeu pour te remercier. Tu n’as qu’à demander, j’exécute ! » Cette fois, il manqua de laisser échapper le plat qu’il tenait entre ses mains, et préféra d’ailleurs le poser précipitamment pour ne pas risquer de le voir exploser par terre. Un sourire gêné prit place sur son visage, avant que Finn ne se mette à balbutier : « Oh, c’est… non, c’est rien du tout. Je… » Réalisant soudain le double sens de la dernière phrase de Charlie, Finn se sentit encore plus gêné mais ne détourna pas le regard pour autant. Au lieu de ça, il le planta intensément dans celui de la jeune femme, agissant comme s’il ne voyait plus rien autour d’eux. Mais après quelques instants de flottement, Finn tenta de se reprendre en s’éloignant un peu, et ajouta : « Ne change rien à ce que tu avais prévu surtout ! Je te suis… » annonça-t-il finalement en essuyant ses mains dans le torchon le plus proche, marquant ainsi la fin de sa journée de travail et le début de cette soirée qu’il avait attendue et à laquelle il avait pensé depuis qu’il avait renvoyé Charlie dormir chez elle.

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Ven 8 Aoû - 11:15


    J’ai fortement conscience que nos personnalités à Finn et moi ne s’accordent pas le moins du monde. Dans le genre spontanée, parfois même un peu trop joviale, je me pose là. Je n’ai pas grand talent pour identifier les limites de ce qui se fait ou non. Mais j’ai bon espoir que ce soit pour ça qu’on m’aime. Finn est le type de garçon à faire attention à ce que l’on ressent, à prendre en compte notre personne et non ses propres intérêts dans un premier temps, ce que j’admire, mais ce que je ne connais pas tellement.

    Nos enfances sont sûrement radicalement opposées, mais une chose nous lie : la passion. La passion pour ce que nous faisons, lui la cuisine, moi mon bar. Nous sommes des êtes passionnés, et souvent guidés par nos envies, plutôt que par la raison. Quoi qu’il peut allier les deux sans trop de soucis, moi j’ai arrêté de me poser la question, je vis comme bon me semble et advienne que pourra. Des erreurs j’en ai eu faite, et j’en ferais encore. Si je me laissais guider par ce que je crois être juste, je n’irais pas bien loin.

    J’aurais aussi pu prendre conscience que mon geste pourrait le mettre mal à l’aise. Je ne sais pas si j’ai bien fait de l’embrasser par surprise, toujours est-il que j’aspire quand même à faire un jour quelque-chose de censé. Mon comportement au milieu d’un repas de famille aurait eu le mérite d’en choquer plusieurs et d’en envoyer un ou deux à l’hosto pour cœur fragile !

    - C’est ça, suis-moi beau gosse.

    Je lui tends la main que je lui prends comme une ado pour le faire sortir de la boutique. Une fois fermée, c’est ma voiture que nous prenons pour débarquer jusqu’à chez moi. J’habite un quartier plutôt animé, mais chic, je dois le reconnaître. Merci papa, merci maman de penser qu’un logement lambda me nuirait. Assistée sur ce coup-là, je leur dois la propreté des locaux et l’état presque neuf de mon appartement. Oui, mon PROPRE loft. Investir dans l’immobilier est paraît-il le plus sûr. C’est un des derniers conseils que j’ai pu tirer de lui. Une fois la porte déverrouillée je le fais entrer dans mon univers à la décoration qui me ressemble. Vielles affiches de cinéma, dans le style New-Yorkais, anglais, de ce qui se fait en ce moment, à la décoration moderne, néanmoins parsemée de quelques touches vintages comme ce jukebox des années 50.

    - Fait comme chez toi.

    Je l’invite à s’installer. Un immense canapé trône au milieu de l’open space cuisine/salon/salle à manger. Une cuisine américaine, un comptoir, et une déco industrielle tout en inox, verre, bois et béton. Ce n’est pas chaleureux je le conçois mais ça a le mérite de refléter tout ce que j’ai toujours connu et je m’y sens bien dans mon appart, c’est le mien. Mon univers, mon cocon, j’y suis très attachée.

    - Tu bois quoi ? Dis-moi tout, laisse-toi tenter.

    Préparant le bar et les shakers, chacun son domaine non ? Je sais que sa tarte au citron est une tuerie pour y avoir déjà goûté plusieurs fois, il est le diable, je suis la pécheresse… quoi que dit comme ça, ça fait vaguement films pour adultes payants sur le câble !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Ven 8 Aoû - 16:07


« C’est ça, suis-moi beau gosse. » Et elle continuait ! Ne voyait-elle donc pas que Finn était déjà terriblement mal à l’aise depuis cet étrange baiser qu’elle lui avait offert ? Dans sa poitrine, le cœur du pâtissier battait à tout rompre, si bien qu’il était quasiment persuadé qu’à bien y regarder, on pouvait aisément le voir bouger sous son t-shirt, façon Tex Avery. Charlie avait-elle réellement conscience de l’effet qu’elle lui faisait ? Finn en doutait. Si cela avait été le cas, elle aurait agi autrement, elle lui aurait épargné le supplice qu’il était en train de vivre alors qu’elle prenait sa main pour l’entrainer en dehors de la cuisine. Reprenant ses esprits tant bien que mal, le jeune homme eut tout de même un éclair de génie en apercevant la boite contenant la tarte au citron sur son comptoir, et s’en saisit en passant avant de quitter l’établissement et d’en fermer la porte à clé. Sans qu’il ne parvienne à savoir s’il était le seul à ressentir cela, ou si l’ambiance était bel et bien étrangement tendue, Finn passa la totalité du voyage en voiture à faire glisser son regard vers Charlie, avant de le reporter prestement sur la route d’un air faussement concentré. Elle était sublime, tout simplement sublime, et ce sans rien faire de particulier. Il l’aimait juste comme ça, au naturel, un naturel qui lui allait si bien. Le pâtissier ne savait clairement pas dans quoi il s’était embarqué en acceptant cette soirée chez elle mais une chose était sûre, il ne le regrettait pas. Même si pour l’heure il était plutôt mal à l’aise et sur la réserve, le seul fait de se tenir en présence de son amie le satisfaisait entièrement.

Une fois arrivés chez Charlie, Finn confia la tarte qu’il lui avait préparée à l’occupante des lieux, et suivi ses indications en s’installant dans son immense canapé. Laissant son regard se poser tout autour de lui, le jeune homme se prit à sourire un peu et constata rapidement : « C’est drôlement joli chez toi… » Bien plus que chez lui en tous cas ! Mais pour sa défense, il ne roulait pas vraiment sur l’or alors la décoration était malheureusement passée au second plan. Toutes ses économies passaient dans sa boutique et quand venait le moment de penser à son propre chez lui, il ne lui restait plus grand-chose. Alors qu’elle s’installait derrière le bar qui trônait dans la pièce, Charlie questionna : « Tu bois quoi ? Dis-moi tout, laisse-toi tenter. » Amusé de voir qu’elle agissait précisément comme au Bowery, Finn esquissa un nouveau sourire avant de se lever pour finalement s’installer au bar, juste en face de Charlie. « Je te fais confiance, c’est toi la professionnelle… Prépare ce que tu as envie de préparer, je suis sûr que ce sera parfait. » répondit-il en commençant à se détendre un peu. « Mais t’es pas obligée tu sais… le but c’est pas que tu te sentes comme si tu étais au boulot… » ajouta-t-il tout de même, soucieux de passer une bonne soirée avec elle, bien loin des conditions dans lesquelles ils avaient l’habitude de se côtoyer.

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Ven 8 Aoû - 23:29


    Mon appartement je ne me le doit pas entièrement. Ma mère n’a pas toujours fait les choses bien pour nous mais sur ce coup là je dois avouer que je ne manque de rien. Aucun de nous ceci-dit. Ni mon grand frère, ni ma petite sœur. Nous avons grandis dans un véritable manoir, un château, le grand luxe, des chambres à pertes de vue, un terrain plus grand qu’on ne peut l’imaginer, et pourtant, je ne me suis jamais mieux sentie que dans des espaces plus restreins. Bien qu’un peu chlostro, j’apprécie mon loft. Tout est ouvert, sans fioritures, tout est clair et lumineux. J’ai besoin de lumière, de me sentir un peu à l’extérieure aussi, et les verrières de cet endroit donne libre court aux jeux de lumières auxquels les astres s’adonnent.

    - C’est mon chez moi, c’est mon cocon…

    Regardant tout autour de moi en soupirant presque d’aise. Je me sens bien ici. Je ne saurais dire pourquoi je tiens tant à cet endroit, peut-être parce qu’il est le symbole de mon indépendance, paradoxal quand on sait à qui il appartient au final mais tout ne s’explique pas, et encore moins le feeling.

    Finn me rejoint au bar, s’installant comme un client le ferait, sauf que c’est mon invité ce soir. Ce loft a vu tellement de soirées déjantées… La fête ne se fait pas, elle se vit ! Elle se ressent. Encore une histoire de feeling qui doit parler à Finn étant donné que pour faire de si belles créations, son sens créatif se doit d’être des plus aiguisés.

    - C’est dangereux de me faire confiance, tu sais…

    Il est en train de se liquéfier le pauvre, et je me joue de sa fragilité depuis tout à l’heure, je suis intenable. Je fini par poser ma main sur la sienne.

    - Mais détends-toi, je plaisante, respire, tu n’es plus en service, tu n’es plus pâtissier, je ne suis plus barmaid, nous sommes juste… des gens normaux. C’est bien ça non, des gens normaux ?

    La normalité rassure, je crois. Je n’ai jamais été normale, il suffit de voir ma famille… Ma propre mère soupçonnée puis blanchie – à tords ? – du meurtre de mon propre père. Mon frère aux dents assez longues pour rayer le parquet et ma petite sœur ayant tiré un trait radical sur notre mère. Tout va bien, tout va bien !
    Je m’atèle à préparer deux mojitos, les vrais, ceux qu’on peut trouver en Floride, celui que le corsaire anglais, Francis Drake, aussi appelé le Dragon, a mis au monde. Je me rends compte en connaître plus sur l’histoire de la boisson que ce que j’ai pu retenir de mes cours du lycée. Rien de bien glorieux !

    - Et puis tu as préparé une tarte au citron, tes talents dépassent les miens.

    Quelques savants coups de shakers, et je dépose les Mojitos sur un plateau que je soupèse d’une main pour les porter jusque sur la table basse avant d’allumer le jukebox sur un fond sonore, pas trop fort, juste histoire de créer une petite ambiance, j’adore la musique, il me faut du bruit, même infime, mais quelque-chose qui m’évite d’écouter le vide. Le genre de trucs angoissants !
    Je fini par prendre place sur le canapé, vêtue d’un top, d’une chemise à carreaux et d’un jean, rien de très sexy, je dois en convenir, mais je crois que jouer le naturel peut être reposant pour tous les deux, je n’ai personne à séduire ce soir même si chez moi c’est un mode de vie. Seulement avec Finn, je préfère laisser les choses se faire.

    - Journée de dingue, pas vrai ?

    Lui tendant son verre afin de trinquer avec lui. Il a tout de même enchainé deux services si on compte le rangement de ma salle !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Sam 9 Aoû - 14:14


Malgré le danger de s’en remettre à elle que Charlie évoquait, Finn était confiant et l’incita d’un haussement d’épaule à se lancer dans la confection du cocktail qu’elle souhaitait. Il la savait douée pour cela, et se doutait bien qu’il ne pourrait pas être déçu, quoi qu’elle fasse. D’ailleurs, en examinant les ingrédients qu’elle balançait un à un dans son shaker, le jeune homme fut ravi de supposer qu’elle leur préparait un Mojito. Cela faisait bien une éternité qu’il n’en avait pas bu et à la seule pensée de cette boisson délicieuse, il se mit à languir qu’elle en ait terminé. Cependant, après réflexion, le pâtissier craignit que son hôte ne se sente un peu comme au boulot, et c’était précisément ce qu’il voulait éviter ce soir. Pour une fois, il avait envie de la voir autrement, en dehors de leurs jobs respectifs qui constituaient jusqu’à présent les seules occasions qu’ils avaient de se croiser. Mais bien vite, Charlie le rassura en le brusquant même un peu ce qui, sincèrement, ne pouvait pas lui faire de mal. « Mais détends-toi, je plaisante, respire, tu n’es plus en service, tu n’es plus pâtissier, je ne suis plus barmaid, nous sommes juste… des gens normaux. C’est bien ça non, des gens normaux ? » Même s’il n’était pas certain de pouvoir remplir à plein temps ce rôle de garçon normal lorsque Charlie était dans les parages, Finn esquissa tout de même un sourire en soufflant : « Ça ne coûte rien d’essayer… »

Après en avoir terminé avec leurs Mojitos, Charlie quitta le bar et Finn la suivit docilement jusqu’au canapé dans lequel il s’installa pendant qu’elle allait mettre de la musique via un Jukebox vintage qui força l’admiration du pâtissier. Puis, elle vint enfin s’installer à ses côtés et lui tendit un des deux verres avec lequel il trinqua de bon cœur, le sourire aux lèvres. « Journée de dingue, pas vrai ? » Soucieux de ne pas se faire plaindre, le jeune homme commença par goûter au breuvage que Charlie leur avait préparer avant de s’exclamer : « Hm ! Ce Mojito est une tuerie ! Tu vois, je savais que je pouvais te faire confiance… » remarqua-t-il, avant d’en revenir à sa question précédente en haussant légèrement les épaules. « Ca va, j’ai connu pire ! Et toi ? Tu en as profité pour te reposer j’espère ! » Goûtant une nouvelle fois à son Mojito avec délectation, Finn effaça finalement son sourire habituel pour reprendre : « Je suis sérieux… Tu travailles beaucoup trop et… c’est normal que tu sois épuisée. Tu devrais déléguer un peu plus de choses à des employés tu sais… » conseilla-t-il avec un brin d’hypocrisie dont il ne prit même as conscience. En effet, pour donner ce genre de leçons à son amie, Finn était bien présent mais lorsqu’il s’agissait de les appliquer à  sa propre carrière, tout était bien différent…

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Sam 9 Aoû - 15:05


    Timide, réservé, gêné, je ne saurais trop dire ce qu’il pense, mais la façon dont il se comporte, j’opterais pour une enfance tout ce qu’il y a de plus banale mais une place difficile à l’école. Il ne devait sans doute pas faire partie des chefs de clans, plutôt du genre solitaire même, mais je peux me tromper. J’ai en général un bon feeling, là j’ai du mal à savoir ce qu’il pense. Il est tellement discret, tellement mystérieux aussi, et je crois que c’est ça qui doit plaire aux femmes qu’il convoite. Je ne sais pas encore, je ne l’ai jamais vu avec une fille. Il n’aime pas les garçons non plus, même si j’ai pu en douter il y a quelques temps, il pose un regard sur les femmes qu’il ne pose pas sur les hommes, je l’ai remarqué malgré moi la dernière fois au bar… enfin malgré moi… Oui bon, j’ai UN PEU cherché à savoir, et contre toute attente, ce que j’ai pu y voir m’a rassuré. Quand l’inconscient rencontre la conscience, ça ne fait pas toujours bon ménage et une multitude de questions se posent.

    - Attend, c’est après que ça devient traitre, quand tu en es à ton troisième et que tu ne t’en es même pas rendu compte ^^

    Et à ce moment-là… On fait des choses qu’on regrette. Il m’en faut un peu plus pour agir différemment de ce que je suis habituellement, je tiens l’alcool, je l’ai appris, un peu malgré moi, mais les nombreuses soirées étudiantes, mes fêtes au lycée et mes étés endiablés sur les plages m’ont formé à ce qu’on appelle : la lucidité éthylique. C’est mon expression, c’est un talent. Savoir garder toute sa tête pendant que les autres perdent la leur. Je n’imagine pas le nombre de millions que j’aurais pu soutirer à mes compagnons de soirée si j’avais souhaité en faire un business lucratif !

    - Mes nuits sont courtes depuis que je suis en âge de sortir tu sais, ne t’en fais pas pour moi, et je t’en dois une, vraiment.

    Il prend soin de moi comme si j’étais… sa petite amie ! Putain, la vérité je suis en train de la prendre en pleine tronche… Il n’en n’a surement pas conscience, il a l’attitude d’un grand frère, de quelqu’un de très protecteur, je ne serais pas surprise qu’il ait une famille nombreuse ou tout du moins une petite sœur.

    - Ça va, je vois où tu veux en venir, et les conseils sont faciles à donner monsieur « je me pointe une heure avant au taf et en repars 3 h trop tard ».

    Non mais qu’il ne me la fasse pas à moi, je le connais, je le vois arriver tous les matins et repartir tous les soirs quand j’ouvre. Nous nous croisons, nos horaires sont diamétralement opposés. J’envoie une grosse gorgée de Mojito pour me donner le courage de m’expliquer.

    - Depuis la mort de mon père… C’est un peu le seul truc qui me sorte la tête des histoires des Lancaster. Ma famille c’est un peu… Dallas, du mauvais côté, tu vois le genre ?

    Arquant un sourire forcé histoire de le rassurer. Je ne parle jamais de la mort de mon père. Plus facilement de mon frère à que je rêverais de faire redescendre de 3 étages mais tout ce mystère autour de la mort de cet homme me place dans une confusion totale.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Sam 9 Aoû - 17:13

Même si elle avait l’habitude de dormir assez peu, et que son métier l’y contraignait chaque jour, Finn avait tout de même à cœur de lui faire comprendre qu’elle devait se ménager. Après ce qu’il avait vu en déboulant dans son bar le matin même, le jeune homme avait d’autant plus envie de la protéger et de lui éviter d’autres déconvenues de la sorte. Enfin, son sentiment vis-à-vis de tout ça était tout de même partagé puisqu’au final, Charlie avait toujours été consentante. Mais Finn était tout simplement incapable de s’avouer que ce qu’il ressentait s’appeler purement et simplement de la jalousie. Alors, il préférait penser qu’il l’avait sortie d’un très mauvais pas en arrivant et en incitant ce mec à déguerpir du Bowery en vitesse. « Ça va, je vois où tu veux en venir, et les conseils sont faciles à donner monsieur « je me pointe une heure avant au taf et en repars 3 h trop tard ». » lâcha-t-elle innocemment en réponse à ses conseils qu’il n’était même pas capable de suivre lui-même. Charlie marquait clairement un point, et le jeune homme n’eut d’ailleurs aucun argument à lui apporter en guise de réponse. Il se contenta de lever les yeux au ciel, avant de se reconcentrer sur son verre pour engloutir un nouvelle gorgée de Mojito.

Mais alors qu’il ne s’y attendait pas le moins du monde, Charlie reprit la conversation, presque sur le ton de la confidence, en abordant un sujet qu’il n’avait jamais soupçonné. « Depuis la mort de mon père… C’est un peu le seul truc qui me sorte la tête des histoires des Lancaster. Ma famille c’est un peu… Dallas, du mauvais côté, tu vois le genre ? » Etait-elle vraiment en train de se confier à lui ? Tout à coup, Finn avait l’impression de découvrir une nouvelle facette de son amie. Pourtant, il la fréquentait depuis un certain temps déjà, mais jamais auparavant elle ne lui avait parlé de cette façon, préférant se cacher derrière une façade de fille forte, probablement. Du moins, c’était l’analyse que venait d’en faire le jeune pâtissier qui ne put s’empêcher de froncer légèrement les sourcils. « Oui, je vois, je… Désolé pour ton père, je ne savais pas… » murmura-t-il, un peu gêné mais toujours à l’écoute. Le sourire de Charlie était crispé, forcé, et Finn n’avait absolument aucun mal à le voir. Alors, pour la rassurer un peu et l’inciter à poursuivre, il se tourna un peu plus vers elle et lui adressa à son tour un sourire sincère, avant de reprendre : « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Dim 10 Aoû - 20:56


    Dire que j’ai toujours joué un rôle serait faux, disons que face au monde extérieur, j’expose une partie de moi qui n’est pas celle qui me correspond tout à fait. Comme une sorte de carapace, un personnage de composition derrière lequel je me retranche et qui m’empêche de sombrer, comme un bouclier. La personne que les gens jugent n’est pas réellement moi, c’est moins douloureux d’accepter les critiques de la sorte. Le milieu dont je viens n’a rien de tendre, de doux, ou de facile, contrairement aux apparences. L’argent fausse le jeu, les gens, la vie, et ce que nous avons à en offrir. Je n’ai jamais accepté ces différences, elles sont trop importantes. Et puis à quoi bon jouer un rôle si la seule façon d’exister là-dedans est de bouffer les autres ? La paix n’est pas une notion connue, quelle paix ? Quelle illusion ? Vous plaisantez ^^ Il n’y que deux solutions chez les gens fortunés : réussir ou en donner au moins l’illusion. Sinon, vous ne faites plus partie de ce monde. Seulement l’argent ne m’a jamais intéressé. Alors oui, il facilite la vie quand on voit mon appartement mais aux vues des études que j’ai poursuivi, plutôt brillamment, je pourrais sans douter gagner année de salaire par semaine et en plus trouver ça modeste !

    - C’est sans doute pour ça qu’on est amis…

    Je n’ai aucune chance de nouer une amitié sincère avec quelqu’un qui connait ma famille. Les Lancaster sont un peu les Kardashian d’ici. Nos histoires de famille font malgré nous les unes des tabloïdes, se suivent comme l’actualité d’une télé réalité, mes parents donnaient des interviews à tour de bras. Famille de l’année ! Mascarade de l’année oui… C’est sans doute pour ça qu’ado, j’ai eu tant de mal à trouver ma place parmi tous ces faux semblants. Depuis quand nous sommes une famille unie ? Mes parents ont bien dû s’aimer à un moment de leur vie, un moment où nous n’étions pas là, c’est une chose de sûre.

    - Je ne sais pas pour être honnête… Personne ne sait, c’est bien là le problème. Il a été retrouvé mort dans son bureau. Assassinat, malheureux accident, personne n’en sait rien et c’est ce qui nous déchire tous depuis sa disparition.

    Je prends une grande inspiration, fini mon verre avant de le reposer bruyamment sur la table basse et me lever pour aller chercher de la glace dans le congélateur… Je dépose les glaçons dans un bol que je ramène machinalement près des cocktails.

    - Ma mère a été accusée du meurtre, puis blanchie. La présomption de l’innocence, c’est à ça qu’elle doit sa liberté. Mon frère est persuadé de son innocence, ma sœur de sa culpabilité et refuse de lui adresser la parole depuis ce jour et moi… Comme d’habitude, je flotte entre deux eaux. Ça reste ma mère, même si…

    Elle aurait pu. Bien sûr qu’elle aurait pu. Une vie comme la sienne aurait fait de moi une foutue traitresse, une foutue meurtrière et une foutue retranchée dans la nature ! Je n’aurais jamais supporté tant de pression.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Jeu 14 Aoû - 20:54


Finn commençait à peine à se trouver un peu plus à l’aise aux côtés de Charlie, et même s’il ne s’était pas vraiment attendu à ça, la jeune femme se lança dans une séance de confidences. Autant dire que e jeune homme n’avait pas vraiment imaginé la soirée de cette manière-là. En fait, il n’avait rien imaginé du tout. Mais ces aveux qu’elle lui offrait sans même qu’il ne demande quoi que ce soit était pour lui une preuve de la confiance qu’elle lui portait, et le pâtissier prenait cela comme un certain honneur. En sachant très bien que le fait de s’épancher sur sa vie personnelle et sur sa famille ne faisait pas partie de ses habitudes, Finn était plutôt fier de jouer les confidents auprès d’une Charlie des plus sincères. Soudain, il la découvrait sous un nouveau jour, sans la carapace qu’elle portait continuellement et qui l’empêchait d’être elle-même, l’incitant à se montrer toujours plus forte qu’elle ne l’était en réalité. Et honnêtement, cette facette de sa personnalité lui plaisait. Non pas qu’il se réjouisse de tout ce qu’elle lui avouait, et qui était d’ailleurs particulièrement difficile, mais la voir aussi fragile, aussi vraie… c’était une expérience qui valait indéniablement la peine.

« Je ne sais pas pour être honnête… Personne ne sait, c’est bien là le problème. Il a été retrouvé mort dans son bureau. Assassinat, malheureux accident, personne n’en sait rien et c’est ce qui nous déchire tous depuis sa disparition. » répondit Charlie lorsque le jeune homme lui demanda ce qui était arrivé. Là, Finn baissa les yeux et alors qu’il entrouvrait la bouche pour répondre, il vit son hôte se dérober et filer vers la cuisine d’où elle revint avec quelques glaçons. Le regard qu’il portait sur elle était empli d’une sorte de peine qu’il ne s’expliquait qu’à moitié, et avant même qu’il n’ait pu dire quoi que ce soit, Charlie reprit : « Ma mère a été accusée du meurtre, puis blanchie. La présomption de l’innocence, c’est à ça qu’elle doit sa liberté. Mon frère est persuadé de son innocence, ma sœur de sa culpabilité et refuse de lui adresser la parole depuis ce jour et moi… Comme d’habitude, je flotte entre deux eaux. Ça reste ma mère, même si… » Fronçant les sourcils devant la complexité de la situation, Finn se tourna légèrement vers la jeune femme, tout en s’autorisant à poser une main réconfortante sur son épaule. « Oh… j’aurai jamais imaginé que… tu aurais du m’en parler avant. Enfin je veux dire… si tu as besoin d’en parler, tu sais que je suis là pour ça ! D’ailleurs, ça me touche que tu me racontes tout ça, ça ne doit pas… être facile. J’imagine. » balbutia Finn pas très à l’aise, alors que sa main, visiblement bien plus sûr d’elle, appliquait quelques caresses rassurantes sur l’épaules de Charlie. « Est-ce que tu la revois, ta mère ? Est-ce que vous avez des contacts ? » questionna-t-il ensuite, soucieux d’en savoir plus sur la situation de son amie. Du moins, si celle-ci avait envie de lui livrer plus d’informations sur cette histoire de famille visiblement très, très compliquée.

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Mer 20 Aoû - 19:12


    Je ne suis pourtant pas une adepte des confidences. Comme tout barman qui se respecte, ou même bar-woman, je sais écouter, et je retiens tout pour ensuite pouvoir reprendre le fil de la conversation quand le client revient. Un peu à la manière d’un psy, sauf que moi je fais payer les consos et je peux fumer et boire à l’œil, bon compromis, non ? Je suis raisonnable, je ne bois presque pas pendant le service, sauf en fin… Disons que certaines choses se doivent d’être fêtées ! Mais pas au point de me perdre. Mon adolescence mouvementée m’a appris où étaient mes limites.

    Je sens Finn touché, et ce n’était pourtant pas le but, et je ne voulais pas l’embêter avec toutes mes histoires de familles. C’est un roman, une foutue série B qui rend addictif les journaux à scandales comme les groupies adolescentes d’une série télé qu’elles regardent l’après-midi en rentrant du lycée.

    - Tout le monde le sait Finn, il n’y a que toi qui te fous du nom que je porte et qui ignore même ce qu’il impose. Je crois bien que tu es le seul à ignorer de quelle famille de dingues je viens.

    Rattrapant sa main sur mon épaule pour la couvrir de la mienne. Il me fait du bien ce mec, je ne peux pas le nier, et je m’en rends compte tous les jours un peu plus. Je ne sais pas comment il fait et encore moins pourquoi il le fait mais je dois avouer que ça me fait du bien. Il est tellement gentil avec moi… je ne sais pas comment je pourrais faire pour lui rendre la pareille, il en fait tellement pour moi.

    - Oui, relativement souvent. Je ne peux m’empêcher de lui montrer que je lui en veux, même si au fond de moi je ne sais pas vraiment. Je ne sais pas quel parti prendre, et je n’ai jamais su le faire. Je suis l’enfant du milieu, celui qui cherche sa place. Et j’aimais mon père, malgré le requin qu’il était dans les affaires, il nous a toujours tout donné.

    Mon père était un grand homme d’affaires. Brillant, impatient certes, et avec une tendance à apprécier le scotch en compagnie de jolies créatures, mais il était un bon père, bien qu’un piètre époux. Nous étions sa fierté, il ne cessait de nous le dire, et même s’il ne comprenait pas mes choix, il avait fini par les accepter, non sans rappeler sa désapprobation mais il se serait fait une raison, je le sais…

    - Assez parlé de moi, je ne connais presque rien de toi.

    Lui adressant un sourire attendri en joignant mes mains pour apposer mes coudes sur mes genoux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



› points : 193
› myrtle beach since : 08/05/2014
› messages : 65
› pseudo : M
› célébrité : Jim Sturgess
› crédits : Shiya & tumblr
› statut civil : Célibataire
› métier : Pâtissier et patron du Pie Hole
› adresse : #20 Myrtle Beach Downtown

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Ven 29 Aoû - 21:10


Tout le monde était censé savoir qu’elle venait d’une famille de fous, mais pas Finn. A vrai dire, il n’accordait que très peu d’importance aux ragots, et le fait qu’il travaille bien plus que ce qu’il ne sortait n’arrangeait rien. Alors, le jeune homme se contenta de hausser les épaules en affichant une petite grimace, certain qu’au fond, le fait qu’il ne sache rien d’elle ne déplaisait pas tant que ça à Charlie. Et puis n’avait que faire de ce qu’on pouvait bien dire sur elle ou sur ses proches. Finn appréciait la jeune femme parce qu’il avait apprit à la connaître de lui-même, et non parce qu’il avait prit part à des conversations relatant ses déboires. Alors malgré le dérapage dont il avait été témoin un peu plus tôt dans la journée, et qui l’avait déçu sur le coup, Finn ne comptait pas s’éloigner de Charlie de si tôt. D’ailleurs, quelque chose lui disait qu’au contraire, il avait bien plus envie de se rapprocher d’elle qu’autre chose.

Au moment où Charlie couvrit la main qu’il avait osé poser sur son épaule de la sienne, les yeux du jeune homme s’y attardèrent quelques instants. Son regard était contemplatif, presque admiratif. Le contact de leurs peaux lui procurait une sensation étrange mais terriblement agréable qui lui fit d’ailleurs, sans qu’il ne s’en rende vraiment compte, refermer sa main sur celle de Charlie à mesure qu’elle parlait. « Oui, relativement souvent. Je ne peux m’empêcher de lui montrer que je lui en veux, même si au fond de moi je ne sais pas vraiment. Je ne sais pas quel parti prendre, et je n’ai jamais su le faire. Je suis l’enfant du milieu, celui qui cherche sa place. Et j’aimais mon père, malgré le requin qu’il était dans les affaires, il nous a toujours tout donné. » Son histoire le touchait, et ce même s’il n’était pas en mesure d’en comprendre tous les tenants et aboutissants. Mais il pouvait clairement voir l’émotion dans les yeux de Charlie et cela suffisait à le faire fondre. Mais très vite, la jeune femme détourna la conversation, retirant du même coup sa main de l’emprise qu’y exerçait Finn. « Assez parlé de moi, je ne connais presque rien de toi. » observa-t-elle, faisant légèrement sourire le jeune homme. Puis, il repensa à cette conversation qu’ils avaient eue tous les deux quelques temps plus tôt, alors qu’ils étaient sortis déjeuner sur la marina. « Au contraire, je crois que tu en sais déjà beaucoup… » répondit-il tout en terminant son verre d’une traite et en le reposant sur la table basse devant lui. Finn se réinstalla ensuite dans le canapé aux côtés de son amie, et reprit dans un sourire : « Il n’y a pas grand-chose à savoir sur moi tu sais… Je ne suis pas très fun… » constata-t-il n haussant les épaules, avant d’ajouter : « Mais ça, tu as déjà du le remarquer… » Effectivement, leurs trains de vie et leurs caractères étaient diamétralement opposés et parfois, Finn se demandait encore comment il pouvait autant apprécier de passer du temps auprès d’une fille comme Charlie. Mais justement, il s’agissait de Charlie et de personne d’autre. Elle avait ce petit truc en plus qui le faisait craquer, littéralement. En y songeant, Finn se perdit de nouveau dans la contemplation du visage de la jeune femme, quitte à être un peu trop insistant mais pour le coup, c’était plus fort que lui. Le regard attendri qu’elle portait sur lui était tout simplement irrésistible, et le jeune homme dut même se faire violence pour enfin détourner les yeux d’elle et les reporter sagement sur la table basse. Soucieux d’orienter la conversation vers une autre sujet et surtout de ne laisser aucun silence pesant s’installer, Finn reprit un peu au hasard : « Et sinon, qu’est-ce que tu nous as prévu pour ce soir ? »

_________________
Raise me up
Encore je tombe la chute est longue, je dors éveillé. Des lumières sombres éclairent les ombres des rêves oubliés. ∞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Raise your glass if you are wrong !
› points : 248
› myrtle beach since : 11/05/2014
› messages : 73
› pseudo : Underground Brooklyn
› célébrité : Eva Green
› crédits : Bazzart
› statut civil : Célibataire
› métier : Gérante du Bowery

MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn] Jeu 11 Sep - 19:43


    Finn est de ces garçons que j’aurais complètement ignoré au lycée, voire même pris pour victime. J’étais de ces petites connes qui cataloguaient les gens, malgré l’image de rebelle que je voulais me donner, mais je ne me serais pas intéressé à lui, d’aucune manière. Il aurait été trop paumé pour que je prenne le temps de m’intéresser à son cas. En même temps je me trompe peut-être mais dans le genre petite conne je me posais là. Disons que j’étais le genre de gamine qui avait besoin d’un minimum de reconnaissance, de la reconnaissance de ceux qui étaient reconnus, ridicule, je le conçois. A présent je manque de personnes comme lui autour de moi. Il me canalise, il me donne confiance, et puis avouons-nous le, il me plaît… trop pour que ce soit bon pour lui, mais je le cache, il n’a sans doute pas ce genre d’idées en tête, il m’a retrouvé avec un branleur sans doute accro au crack tout à l’heure… En position plutôt équivoque.

    - Je ne suis pas d’accord avec toi. Tu me fais sans doute plus rire que tous les abrutis qui me commandent un verre pour récupérer mon numéro au bar.

    Lui adressant un clin d’œil et un sourire sincère. Alors je sais qu’avec lui je peux être moi-même, il n’y a même à douter, il m’aime pour ce que je suis, et comme je suis. Il apprécie la Charlie qui se cache derrière sa carapace, pas la carapace en elle-même, et se fout du qu’en dira-t-on. J’apprécie sa simplicité, il est reposant, rassurant, chose qu’ils ne sont pas tous, je vous prie de le croire ^^
    Nos regards s’accrochent, et nous nous faisons violence pour qu’il n’y paraisse rien. Je me fais sûrement des idées, et il se dit peut-être la même chose à son tour. Je ne sais pas, en tout cas, je vais devoir me rafraîchir les idées, histoire de garder la tête froide, et ne pas foutre en l’air la soirée, j’en suis capable, je me connais !

    - Poulet citron, spaghettis. J’espère que t’sa rien contre les pâtes, ni contre les femmes qui ne savent pas cuisiner. J’ai été élevée avec le room service ^^

    Non mais je préfère poser les bases ! Je me lève pour servir deux assiettes après avoir sorti le poulet du four. Je sers le tout sur le comptoir de la cuisine, le gros défaut de mon appartement ? Il n’y a pas de table, si si, c’est la vérité. Rien qu’un comptoir et une table basse, qui suffisent largement à mes soirées de branleur et mes besoins quotidiens. Je ne reçois jamais quelqu’un tout seul, toujours en bande. Ce soir, je fais une exception pour Finn. Je voudrais que ce soit différent, qu’on passe une soirée comme on l’a sans doute imaginé tous les deux…

    - Tous les numéros sont sur le frigo. Pizzas, sushis, fastfood, je me vexerais pas.

    Arquant un sourire en laissant échapper un éclat de rire. Un fin cuisinier comme lui, mais je suis une abrutie finie d’avoir voulu tenter de faire les choses par moi-même…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❝ Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Embarassing... [Finn]

Revenir en haut Aller en bas
 

Embarassing... [Finn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Voile : le bronze pour le matelot Jonathan Lobert
» Court métrage: le monde de Finn
» Tom Sawyer et Huckleberry Finn (Tom Sawyer)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS, STILL YOUNG :: MYRTLE BEACH :: pinecrest :: the bowery-