AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Reviens-moi ♥ Cillian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


› points : 196
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 41
› pseudo : Cynthia
› célébrité : Emily Rose
› crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Reviens-moi ♥ Cillian Jeu 5 Juin - 23:52

Un soupir.

Il était déjà onze heures passées lorsque Nola décida finalement d'aller se coucher sans l'attendre. De toute façon, depuis qu'il était revenu à la maison, ils n'avaient partagé le même lit que trop peu de fois. Elle n'enfila qu'un truc léger avant de se glisser sous les draps, roulée en boule. Elle ne parvint à trouver le sommeil que quelques heures plus tard, un sommeil agité, incontrôlable. Seule dans le grand lit, elle peinait toujours à s'endormir et c'était pire maintenant qu'il s'était enfin réveillé parce qu'elle passait sa vie à s'inquiéter pour lui, à être terrorisée à l'idée de le perdre pour de bon cette fois-ci. Lorsqu'il était à la guerre, elle était effrayée à l'idée de devoir vivre sans lui s'il lui arrivait malheur, mais désormais, elle était plutôt terrifiée de le voir s'éloigner d'elle sans parvenir à le garder. Lentement, il fuyait. Lentement, il lui filait entre les doigts alors qu'elle l'aimait toujours autant. Elle ne le reconnaissait plus, mais elle se rappelait tous les bons moments qu'ils avaient passé tous les deux. Elle l'aimait et c'était sans doute la seule raison qui la poussait encore à subir tout ce qu'elle subissait pour lui. Pour qu'il soit bien. Pour qu'il ne l'oublie pas et pour qu'il ouvre enfin les yeux sur cet amour qu'elle lui portait et qu'il lui avait toujours bien rendu. Lorsqu'elle se trouvait dans ses bras, auparavant, elle parvenait à s'endormir comme un bébé, en quelques minutes, rassurée et calme, mais lorsqu'elle était seule, la peur revenait la hanter, troublait ses pensées. Elle lui avait dit d'arriver tôt, pour une fois, qu'elle lui préparait une surprise, mais Cillian n'était pas venu et les bougies qu'elle avait allumées trainaient encore sur la table de la cuisine, désormais éteintes.

Le sommeil léger dont elle était victime lui permettait de se réveiller dès l'instant où Cillian mettait les pieds dans l'appartement et cette nuit-là ne fit pas exception. Les yeux à demi fermés alors qu'elle posait un regard embrumé sur le réveille-matin, elle arqua un sourcil inquiet. 2h30. Elle se redressa dans le lit, prit le temps de bien ouvrir les yeux avant de se lever, et d'enfiler une robe de chambre par-dessus la nuisette à demi transparente qu'elle portait. Elle avait voulu la mettre au cas où il était arrivé un peu plus tard que prévu, mais il n'était pas venu. Elle voulait tellement qu'il dorme avec elle, pour une fois, elle voulait tellement se blottir dans ses bras et pourtant, ce genre de moment s'avérait désormais inexistant. Câline, elle était forcément en manque. Mais pas en manque de sexe, en manque de lui. Elle désirait enfouir son visage dans son cou, l'embrasser là où elle le savait sensible pour lui extirper des frissons. C'était le même homme, physiquement, mais il était tout autre et elle ne savait plus comment réagir face à cet homme qu'elle ne reconnaissait plus. Elle voulait retrouver Cillian, son Cillian. Celui dont elle était tombée amoureuse. Celui qu'elle avait décidé d'épouser alors qu'elle s'était toujours résignée à ne jamais faire confiance à personne. Avec les années, il avait réussi à repousser chacune de ses appréhensions, à lui faire comprendre qu'elle pouvait ne pas toujours tout faire toute seule, qu'elle pouvait enfin s'appuyer sur quelqu'un. Il était l'un des seuls à la connaître réellement puisqu'elle ne lui cachait jamais rien. au profit de la guerre, elle avait perdu son mari. Son meilleur ami. La guerre le lui avait enlevé et même si les médecins lui demandaient de garder espoir - pour elle, mais aussi pour lui - elle n'était pas certaine d'y parvenir. Lorsqu'elle rejoignit Cillian, ses cheveux blonds lâchés sur ses épaules alors qu'elle tentait de s'habituer à la luminosité, elle poussa un soupir résigné.  

« Oh, Cillian ... »

Son mari se trouvait là, dans l'entrée, le visage ensanglanté. Elle se précipita vers lui, soudain beaucoup plus réveillée. « Viens t'asseoir. » Elle ne lui laissait en réalité pas le choix et elle attrapa sa main pour l'entrainer dans la cuisine et le faire asseoir sur l'une des chaises qui se trouvaient autour de la table. Silencieuse, elle posa doucement un doigt sur sa joue afin de constater l'étendue des dégâts. Ce n'était pas la première fois et elle se découvrait des talents dont elle n'avait jamais soupçonné l'existence. Elle l'abandonna un instant afin d'aller chercher une solution désinfectante et beaucoup de coton, revint auprès de lui avec son butin et quelques bandages en surplus. Silencieuse, elle nettoya d'abord le sang qui avait coagulé, grimaça légèrement à la vue de son oeil gonflé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 131
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 30
› pseudo : mouahahah
› célébrité : Eion Bailey
› crédits : Lux Aeterna (vava) & tumblr (gifs)
› statut civil : marié, ce qui est plutôt compliqué à gérer vu que je ne me souviens pas comment l'aimer.
› métier : il serait bon d'en trouver un.

Dear Diary
› relationship:
› to do list:

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Ven 6 Juin - 16:26

Cillian grimaça douloureusement en roulant d'une épaule, alors qu'il avançait - ou titubait, il n'aurait trop su le dire - jusqu'à son appartement... Enfin, son appartement... Celui de Nola. S'il était tout à fait honnête, il avait plus l'âme d'un squatteur que celle d'un locataire. Il dormait sur le canapé plutôt que dans le lit conjugal, tapait dans le réfrigérateur et - bien sûr - ne dépensait pas un centime pour tout cela. D'accord, ils avaient un compte commun et les économies de toute leur vie commune étaient accumulées sur celui-ci, mais il n'avait - en toute honnêteté - aucune idée de l'état actuel de ses comptes là et ne connaissait plus que ce qu'il avait sur son compte personnel, ouvert par l'armée pendant son coma, pour y verser ses indemnités. Aujourd'hui, sa pension d'ancien militaire était également versé sur ce compte et de cet argent, Nola n'en avait encore pas vu la moindre couleur. Alors okay, quand il y pensait, il se détestait. Il allait vraiment falloir qu'il trouve transfert une partie de cet argent sur le compte commun, avant de l'avoir dilapidé... ou avant que le compte ne soit clôturé. Aucun des deux ne voulaient y penser, mais la rupture et la séparation de leurs bien semblait quelque-chose de plus en plus visible à l'horizon, il fallait le reconnaître.
Grimaçant une nouvelle fois alors qu'il poussait un peu trop fort la porte d'entrée, Cillian soupira. Il était 2:27 et il n'avait pas l'habitude de rentrer si tôt. Il connaissait Nola. Elle n'arrivait pas à dormir quand elle était seule et cette heure là était une heure ou son sommeil était encore trop léger pour ne pas être réveillé par son entrée. Non. C'était toujours entre 3:40 et 5:15 qu'il arrivait à rentrer sans la réveiller... Enfin quand il ne s'embrouillait pas les doigts sur la porte et ne faisait pas cliqueter ses clés plusieurs fois avant de trouver - enfin - le trou de la serrure.
Il ne s'était même pas encore vu. La seule chose qui lui disait qu'il devait être dans un sale état était la douleur et le sang séché tirant sur son visage, ses vêtements et son oeil gauche dont les bords semblaient avoir triplés de volume, enfonçant son globe dans son emplacement. La douleur, il composait avec depuis des semaines. Depuis son réveil, en fait. Sortir du coma n'avait rien d'agréable. Les muscles non utilisé depuis des mois, ses organes qui réapprenaient à fonctionner sans aide... S'il n'avait pas eu des soins de qualités, il était probable qu'il n'aurait plus été en état de marcher à l'heure actuelle. La première semaine avait été affreuse pour cela, mais il avait eu tellement de volonté, tellement de désir de sortir de cet hôpital dont il ne se rappelait que de part ses expériences de l'enfance. Il avait suivi sa rééducation avec assiduité et avait obtenue ses papiers de sortie à peine deux semaines après avoir rouvert les yeux pour la première fois depuis le champ de bataille.
La voix contrite de Nola le sortit de ses pensées, alors qu'elle le regarda avec inquiétude. Quel spectacle il lui offrait. Son mari, un véritable étranger, si différent de celui qu'elle avait aimé et épousé, complètement abîmé par une nouvelle soirée agitée, une nouvelle bagarre dans un bar miteux. Elle lui intima de venir s'asseoir et il obtempéra, se laissant entraîner et placer sur une chaise, gardant obstinément le silence. Qu'aurait-il pu dire, de toute manière ? Quel que soit les mots qui seraient sortis de sa bouche, ils n'auraient servis qu'à la blesser un peu plus. Lui raconter comment il avait bu, seul comme un crétin ? Elle n'était pas dans ce délire, elle ne serait pas sereine, de savoir que son mari auparavant si droit préférait la compagnie d'une bouteille à la sienne. Lui dire qu'il ne se rappelait plus comment l'altercation avait débuté ? Cela serait aussi inutile que de ne rien dire, mais au moins, il gardait un peu de dignité en gardant la mâchoire serrée. Lui dire qu'il avait porté le premier et le dernier coup ? Il n'y avait pas vraiment de gloire à cela, c'était même plutôt pathétique qu'il soit si prompt à utiliser ses poings à la moindre occasion. Non, le silence restait préférable, même s'il était blessant aussi. De toute manière, en rentrant à cette heure, dans cet état, tout ne pouvait être que blessant pour une femme inquiète, consciente que son avis, bien que connu, ne comptait pas.
Alors, il la laissa le soigner, gardant la bouche fermée et les poings serrés, l'observant dans ses gestes. Son odeur douce et parfumé par son gel douche fruité et sucré l'enveloppant doucement, se mêlant à l'odeur d'alcool qui planait autour de lui, sans parvenir à l'effacer. Et il se rendait compte du contraste. Lui puant la sueur, la crasse et l'alcool, elle sentant la chaleur, le sucre acidulé et la douceur. Tout l'inverse..., songea-t-il en grimaçant une nouvelle fois, alors qu'elle appuyait avec une compresse de désinfectant sur une plaie plus importante que les autres... Et ça piquait.

_________________

« Pourquoi tu ne la quittes pas, tout simplement ? » « Parce qu'aussi fort que j'essaye, je n'y arrive pas. Je lui fais mal, tous les jours, à chaque mot, à chaque regard... mais j'arrive pas à envisager partir loin d'elle, alors qu'elle est la seule qui me regarde comme si j'étais la personne la plus importante sur Terre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 196
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 41
› pseudo : Cynthia
› célébrité : Emily Rose
› crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Mar 10 Juin - 18:46

Les yeux rivés sur le visage ensanglanté de son mari, Nola poussa un soupir léger avant de nettoyer doucement le sang séché en tentant de ne pas lui faire mal. Parfois, elle capturait doucement sa mâchoire entre ses doigts afin de lui faire tourner un peu la tête, se mordit la lèvre en découvrant une grimace de douleur sur celles de Cillian. « Je suis vraiment désolée, mais ... Il faut désinfecter ça. » Elle effleura doucement ses cheveux, approcha délicatement la compresse de son arcade sourcilière en se mordant l'intérieur de la joue, persuadée que ça lui ferait mal. Par contre, lorsqu'elle plaça sur la plaie quelques petites bandes de rapprochement et un pansement, la blessure lui parut tout de suite un peu moins grave. En silence, elle fronça légèrement les sourcils, concentrée sur son travail alors qu'elle tentait de lui prodiguer les meilleurs soins possibles et ce, malgré le fait qu'elle ne sache absolument pas comment faire. Elle y allait à l'instinct, comme elle l'aurait fait avec une blessure d'enfant. Par contre, on voyait dans le clair de ses prunelles qu'elle était patiente simplement parce qu'elle se devait de l'être. Elle ne voulait pas s'énerver. Pas à trois heures du matin, alors qu'il avait sans doute déjà passé une rude soirée et un dur début de nuit.

Elle effleura doucement du bout des doigts la joue de son mari, frémit au contact de sa peau contre la sienne. Délicatement, elle vint déposer sur sa joue, tout près de la commissure de ses lèvres, un léger baiser. Elle avait envie de le retrouver comme avant, de le serrer dans ses bras et de l'aimer jusqu'à ce que le destin en décide autrement, mais elle savait que c'était pour le moment impossible. Elle laissa ses doigts courir le long de son bras, fronça les sourcils en y découvrant là aussi un peu de sang séché, qu'elle s'efforça de nettoyer avant de déposer sur la blessure un nouveau pansement.  

« Ça devrait aller pour ce soir. » murmura-t-elle doucement en plongeant son regard dans le sien. Lorsqu'elle le regardait aussi profondément, elle rencontrait un nouvel homme, un homme qu'elle ne connaissait pas. Il n'était plus le même et chacun de ses gestes, chacune de ses paroles, lui rappelaient qu'il n'avait plus rien à voir avec celui qu'elle avait épousé. Son mari n'était plus et elle ferma les yeux à cette idée avant de se relever, lasse tout à coup. Elle prit un verre dans l'armoire et le remplit d'eau à moitié avant de le lui apporter et de le lui tendre, reprenant sa place sur la chaise qui lui faisait face. « Ça va te faire du bien. » lâcha-t-elle finalement avant d'appuyer son dos contre le dossier de sa chaise, les yeux baissés sur ses mains à elle, posées sur ses cuisses. Elle ne savait pas pourquoi elle faisait ça, jour après jour. Pourquoi elle tolérait ça. Il ne lui offrait aucune reconnaissance en retour et elle travaillait toute la semaine pour être en mesure de payer les factures, de lui offrir de la nourriture dans le réfrigérateur et un toit au-dessus de sa tête. Et lui, la seule chose qu'il trouvait à faire, c'était de partir tôt et de ne revenir qu'une fois la nuit tombée (ou même le soleil levé), ensanglanté et en piteux état. Pourquoi est-ce qu'elle ne décidait pas de partir ? La réponse, instinctive, s'imposa d'elle-même à son esprit alors qu'elle posait à nouveau les yeux sur le visage tuméfié de son mari.

Elle l'aimait.

C'était la seule raison et pourtant, elle savait qu'elle avait aimé un autre homme, qu'elle aimait toujours un autre homme. Mais elle ne pouvait rien y faire, espérait le retrouver un jour, s'accrochait fortement à cette idée.

« Allez. Viens te coucher. Tu as besoin d'une bonne nuit de sommeil. » fit-elle doucement en se relevant et en l'attendant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 131
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 30
› pseudo : mouahahah
› célébrité : Eion Bailey
› crédits : Lux Aeterna (vava) & tumblr (gifs)
› statut civil : marié, ce qui est plutôt compliqué à gérer vu que je ne me souviens pas comment l'aimer.
› métier : il serait bon d'en trouver un.

Dear Diary
› relationship:
› to do list:

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Sam 21 Juin - 17:55

Les poings serrés, Cillian fit son maximum pour ne pas bouger, laissant son esprit être totalement envahis par toutes ses pensées. Que devait-il faire exactement ? Il n'en savait rien. C'était sa femme, son infirmière attitré depuis sa sortie de l'hôpital... une étrangère bien trop connue. Et autant il se sentait mal de la laisser le toucher comme elle le faisait, autant il se sentait mal de l'en empêcher. Elle avait tous les droits de caresser son visage, tous les droits de poser ses lèvres sur sa peau. Elle l'avait fait un million de fois auparavant et c'était dans sa nature. Il se souvenait de tant de moments avec elle. Ce besoin impérieux qu'elle avait de le sentir tout contre elle, de profiter de chaque seconde pour l'enlacer et l'embrasser. Son époux de militaire était trop peu souvent à la maison, alors chaque seconde comptait quand il avait une permission ou qu'il se trouvait entre deux missions. Ils savaient se tenir en public, bien sûr. L'éducation militaire de Cillian faisait qu'il n'était pas forcément des plus démonstratifs quand des camarades ou des plus gradés que lui se trouvaient dans la même pièce, mais en privé, il ne comptait plus de nombres de moments qu'il avait en mémoire, où ils étaient l'un contre l'autre, à profiter de la douceur de sa peau, de son parfum sucré. Le Cillian d'avant se délectait qu'une manière insatiable de tous ses moments, en enregistrant un maximum dans sa mémoire pour survivre jusqu'à son retour auprès d'elle. C'était sans doute une des choses, aussi, qui rendait sa vie actuelle des plus intolérables et insupportables. Il ne savait que trop l'ardeur que son ancien moi avait mis à conserver chaque petit morceau de leur histoire. Il n'avait que trop conscience de combien tous ces petits moments - anodins pour tout autre couple - était précieux pour eux... et combien aujourd'hui, tout cela n'avait de précieux que pour elle.
Alors, il la laissait faire, incapable de la repousser, tout en ne voulant que la repousser. Voir plus de douleur dans son regard le tuerait. Il ne l'aimait peut-être plus comme avant, il n'était assurément plus comme avant, mais il était toujours un homme de respect. Faire souffrir une femme n'était pas une chose qu'il savait tolérer. Comment se tolérer, alors, quand on savait combien on faisait souffrir la femme qu'une autre version de soi-même aurait trouvé insupportable de faire souffrir ?
Elle termina ses soins en lui disant que ça devrait suffire pour ce soir et en lui apportant un verre d'eau, qu'il but sans rechigner. Il commençait à avoir vraiment soif, de toute manière, pour pouvoir refuser. L'alcool avait rendu sa bouche pâteuse, le sang lui laissait un goût amer, signe qu'il en avait dans la bouche. Il ne savait pas, cependant, si c'était parce qu'il s'était mordu la langue dans l'affrontement ou si c'était sa lèvre. « Merci », souffla-t-il, la voix rauque, réalisant que c'était sans doute la première fois qu'il lui disait ses mots depuis son réveil. « Pour... » D'un geste de la main, il indiqua les pansements qu'elle avait posés sur lui. Toujours atténuer les choses. Les préciser. Avec elle, depuis un mois, tout était affaire de précision. Préciser qu'il n'était pas le mari qu'elle avait épousé, qu'il n'avait pas les sentiments que l'ancien Cillian avait pour elle, qu'il était incapable d'être reconnaissant pour tout ce qu'elle faisait pour elle, parce qu'il ne comprenait pas même pourquoi elle ne l'avait pas encore mise dehors et considéré son époux comme mort.
Et puis elle lui demanda de venir se coucher, lui assurant qu'il avait besoin d'une bonne nuit de sommeil. Il n'était pas contre cette conclusion, mais était plus farouchement opposé à la proposition de Nola. Enfin « farouchement opposé »... réticent serait probablement plus juste. Quel homme saint d'esprit serait farouchement opposé à aller se coucher auprès d'une magnifique jeune femme, vêtue d'une nuisette des plus affriolantes ? Okay, il n'était plus si saint d'esprit que ça. Pas d'après les psychologues, les neurologues et tous les autres types d'experts qui avaient analysé sa tête sous toutes les coutures ses dernières semaines. Mais il restait un homme à peu près valable et il ne pouvait décemment pas être totalement froid lorsqu'une telle opportunité lui était adressé. Sauf que ça n'était pas n'importe qui qu'il avait en face de lui. Il ne l'aimait peut-être pas comme il le devrait, mais il avait conscience qu'à un moment donné, il avait été cet homme là et rien que pour ça, il ne pouvait pas jouer avec elle. Depuis sa sortie de l'hôpital, il avait préféré le canapé à son bon lit douillet parce qu'il ne pouvait pas lui faire ça. Et il ça n'était pas aujourd'hui que cela allait changer. « Nola je ne suis... je ne suis pas sûr que ça soit une bonne idée... » Non, ça n'était clairement pas une bonne idée. Pas pour elle. Pas à terme. « Je ne suis pas lui, tu le sais. » Lui. Pour parler de soit-même, pour n'importe qui d'autres, cela aurait semblé bizarre ou aurait été prétentieux, mais pas pour lui. Parce que celui qu'il était n'était pas celui qu'il avait été. Le Cillian d'avant n'était assurément pas lui, ne l'avait jamais été et ne le serait jamais.

_________________

« Pourquoi tu ne la quittes pas, tout simplement ? » « Parce qu'aussi fort que j'essaye, je n'y arrive pas. Je lui fais mal, tous les jours, à chaque mot, à chaque regard... mais j'arrive pas à envisager partir loin d'elle, alors qu'elle est la seule qui me regarde comme si j'étais la personne la plus importante sur Terre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 196
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 41
› pseudo : Cynthia
› célébrité : Emily Rose
› crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Sam 21 Juin - 21:04

Elle savait qu'il n'était pas le même homme. Elle avait compris, au nouveau regard qu'il posait sur elle, qu'il ne la voyait plus comme avant et pourtant, elle espérait encore retrouver l'homme qu'elle avait aimé de tout son coeur et qu'elle n'avait jamais cessé d'aimer. Parce qu'il était parti pour revenir des mois plus tard, sous les mêmes traits, mais avec une attitude tellement différente. Les médecins lui avaient dit d'essayer de lui rappeler les sensations, les émotions, mais c'était une torture pour elle de le voir comme ça, alors qu'il refusait même de la toucher. Elle avait toujours adoré le serrer dans ses bras et se blottir contre lui sur le canapé, même si ce n'était que pour profiter de sa présence et maintenant, il la lui refusait, à tous les coups. Elle avait essayé tellement de fois déjà, de s'approcher, d'effleurer doucement ses doigts en espérant qu'il allait y entrelacer les siens, mais il s'était toujours éloigné. Elle pouvait comprendre le point de vue de son mari, elle était restée la même - avec son amour et sa tendresse - alors qu'il avait changé, lui. Elle ne le reconnaissait plus vraiment, mais ce n'était pas une raison pour l'abandonner. À la vie à la mort, non ? Lorsqu'elle avait dit oui devant leurs amis, elle s'était engagée à l'aimer toute sa vie et elle détestait l'idée de devoir rompre cette promesse.

Elle resserra davantage les pans de son peignoir contre elle lorsqu'il la remercia, un petit sourire aux lèvres. Il ne l'avait jamais remerciée avant pour tout ce qu'elle faisait pour lui et étrangement, elle vit ça un peu comme une avancée dans leur nouvelle relation. Parce qu'il reconnaissait, à demi-mots, qu'elle était là pour lui malgré tout ce qu'il lui faisait subir depuis son réveil, mais elle n'était pas prête à abandonner. En réalité, Nola ne pourrait jamais abandonner et le laisser derrière elle. S'il désirait qu'ils se séparent, Cillian devrait à tout prix être celui qui couperait les ponts, parce qu'elle n'y arriverait jamais. Elle l'aimait trop pour ça et elle croyait suffisamment en leur mariage pour savoir qu'ils réussiraient tous les deux à traverser cette mauvaise passe. Si elle ne pouvait pas ramener à lui les sensations et les émotions passées, l'amour qu'il avait eu pour elle pouvait peut-être renaître, au fil des mois passés ensemble. « C'est rien. » fit-elle doucement en baissant les yeux sur les bras qu'elle avait croisés sur sa poitrine. Ça ne servait à rien qu'elle le menace et qu'elle lui dise que c'était la dernière fois qu'elle se levait en pleine nuit pour le soigner parce qu'elle savait qu'elle ne tiendrait jamais cette résolution. Inquiète lorsqu'elle le savait en ville à une heure tardive, elle l'attendait, peinait souvent à s'endormir. Avec le retour de Cillian, la jeune femme avait découvert qu'elle avait le sommeil extrêmement léger, qu'elle se réveillait dès qu'il ouvrait la porte de l'appartement.

« Cillian ... » Elle poussa un soupir alors qu'elle s'arrêtait dans le couloir pour se retourner et lui faire face, les bras toujours croisés sur sa poitrine. « Je sais. Mais ça va te faire du bien de dormir dans un lit. Je te laisse pas le choix, viens. » Elle s'était rapprochée de lui afin d'attraper sa main et de l'entrainer à sa suite jusqu'à la chambre. Leur chambre. « Je sais que ce n'est pas facile pour toi, tu sais. Mais ...  » Elle avait relâché sa main, mais ne s'était pas pour autant éloignée de lui. Mais ce n'était pas facile pour elle non plus, voilà ce qu'elle aurait aimé pouvoir ajouter.

Lentement, elle retira le peignoir qui la recouvrait afin de le laisser glisser au sol, dévoilant son corps à moitié nu, vêtue d'une simple nuisette presque totalement transparente. Elle releva les yeux sur lui, vint doucement déposer un baiser sur sa joue en s'y attardant un peu plus que nécessaire. « J'arrive pas à dormir quand t'es pas là. S'il te plaît.  » Elle se mordit légèrement la lèvre, frémit en posant ses prunelles dans le creux des siennes. Elle laissa ses iris vagabonder sur ses lèvres, sur la courbe de sa mâchoire qu'elle rêvait d'embrasser depuis des mois. Elle désirait qu'il reste et elle espérait qu'il ne chercherait pas encore à fuir, pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 131
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 30
› pseudo : mouahahah
› célébrité : Eion Bailey
› crédits : Lux Aeterna (vava) & tumblr (gifs)
› statut civil : marié, ce qui est plutôt compliqué à gérer vu que je ne me souviens pas comment l'aimer.
› métier : il serait bon d'en trouver un.

Dear Diary
› relationship:
› to do list:

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Mar 24 Juin - 17:17

Le pire dans toute cette histoire, était que peu importe combien il essayait fort. Il n'arrivait pas à détester Nola ou à ne ressentir absolument rien. Il le voulait, parce que tout aurait alors été plus simple. Mais il n'y arrivait pas. Peu importe combien ses raisons étaient valables ou non. Peu importe qu'il veuille le faire pour lui ou pour elle, il n'y arrivait pas. Cette femme... Il savait combien elle était merveilleuse. Une femme entière et fière et douce et dévouée... Le genre même de femme qui peut vous faire tourner la tête simplement en changeant de position. Le genre de femme que même un homme paumé comme lui réfléchirait à deux fois avant de repousser... Ou plutôt, dont avait clairement besoin le genre de mec comme lui. Parce qu'elle était exactement le genre d'astre solaire qui illuminait votre existence et vous donnait une ligne de conduite à suivre les yeux fermés. Toute la question était de savoir si le nouveau Cillian voulait de ça. Voulait-il d'une vie définie, rangée et posé, même auprès de la femme la plus merveilleuse qu'il connaissait ? Voulait-il seulement tomber amoureux d'elle, autant et si fort que son ancien lui l'était ? Pouvait-il seulement se le permettre ?
Elle soupira son nom, lui assurant qu'il avait besoin de dormir dans un vrai lit, pour une fois et qu'elle ne lui laissait pas le choix. Malgré lui, il sourit, amusé, manquant, malgré tout, la tendresse caractéristique du militaire qu'il était avant tout ça. Il la connaissait, malgré les sentiments absents. Il savait que lorsqu'elle pointait ce regard sur lui, avec cette conviction dans ses mots, elle ne lui laissait véritablement pas le choix et qu'insister ne conduirait qu'à une longue suite d'affrontement, une guerre des nerfs qu'il n'était pas prêt et pas désireux de jouer ce soir. Elle était plus forte qu'elle n'y paraissait et elle avait la force de ses convictions. Elle voulait qu'il dorme dans son lit ce soir et à moins de quitter l'appartement, il n'avait aucune chance de le lui refuser. Alor, lorsqu'elle se saisit de sa main pour l'emmener, Cillian se laissa faire, docilement, se mordant la lèvre inférieur alors qu'il la suivait à travers le couloir menant à la chambre. Et puis elle se tourna vers lui, assurant qu'elle comprenait que ça n'était pas facile. Et elle ôta son peignoir et l'homme en lui se sentit soudain bien plus disposé à aller se coucher avec elle, tandis que le gentleman qui existait encore se mordait intérieurement, essayant de ne pas la lorgner avec l'envie carnassière qui le tiraillait. Il n'était qu'un homme, après tout et il avait devant lui une femme tout à fait disposé à se tenir ainsi à demi-nue, à poser ses lèvres sur lui et à quémander qu'il la serre comme son amant pouvait la serrer dans ses bras. Et il ne pouvait empêcher les frissons induits par sa tenue, par son baiser sur sa joue. « Nola... », soupira-t-il une nouvelle fois, la tonalité s'étant emprunte de souffrance, aussi. La souffrance de la désirer tout d'un coup, tout en ne s'en sachant pas digne.
« J'arrive pas à dormir quand t'es pas là. S'il te plaît. » Il soupira. Il voulait dire non. Il aurait dû dire non. Sauf que non, il ne pouvait pas. « D'accord », respira-t-il dans un murmure. « D'accord. » Il était fatigué, il voulait se reposer, enfin et il savait qu'il était bon de dormir contre une femme. Retrouver cette sensation, la vivre avec des sentiments, pourrait être agréable après tout, s'il arrivait à oublier le temps d'une nuit la difficulté de se tenir si proche d'elle. Ce fut alors à son tour d'enserrer sa main de ses doigts et de la guider. Lentement, ils parvinrent jusqu'au lit et il se coucha en premier, l'attirant vers lui, essayant de retrouver une place naturelle. C'est plutôt mal à l'aise qu'il termina couché sur le dos, Nola contre son flanc, sa tête blonde reposant sur son épaule. Il ferma les yeux, essayant de se détendre, d'accepter la présence de ce corps tout contre le sien.

_________________

« Pourquoi tu ne la quittes pas, tout simplement ? » « Parce qu'aussi fort que j'essaye, je n'y arrive pas. Je lui fais mal, tous les jours, à chaque mot, à chaque regard... mais j'arrive pas à envisager partir loin d'elle, alors qu'elle est la seule qui me regarde comme si j'étais la personne la plus importante sur Terre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 196
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 41
› pseudo : Cynthia
› célébrité : Emily Rose
› crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Mar 24 Juin - 19:24

Elle jouait avec le feu et le pire dans tout ça, c'est qu'elle n'était qu'à moitié consciente du fait que ses gestes pouvaient paraître déplacés. Tant de fois auparavant, elle l'avait attendue vêtue d'une simple nuisette transparente - ou même complètement nue - avant de l'entraîner dans leur chambre en riant et en l'embrassant partout où ses lèvres pouvaient l'atteindre. Elle avait réalisé trop souvent ces gestes pour qu'ils lui semblent étrangers désormais, mais elle devait contenir cette tendresse qui la gagnait lorsqu'elle se trouvait avec lui. Elle n'avait qu'une seule envie et c'était de se lover dans ses bras pour ne plus jamais s'en éloigner, mais elle savait que c'était impossible et qu'il la repousserait. Parce qu'il avait l'impression de ne plus mériter cet amour qu'elle lui portait toujours malgré tout ce qu'elle avait dû traverser. Parce qu'il n'était plus certain d'avoir envie de l'aimer autant qu'avant. Ça lui brisait le coeur et pourtant, elle ne réussissait pas à partir, à l'abandonner derrière elle pour ne plus jamais se retourner. Cette situation la rendait folle de rage et d'incompréhension, extrêmement triste aussi, mais elle ne pouvait rien faire pour changer ça, pour réparer les dégâts qu'avait causé la guerre. Cillian n'était plus le même, mais la jeune femme ne pouvait pas lui en vouloir. Pas à lui. Elle en voulait au monde entier, mais elle ne lui en voulait pas à lui, même s'il lui rendait la vie parfois infernale.

Elle se mordit la lèvre lorsqu'il prononça son prénom, crut qu'il allait tourner les talons pour rejoindre le canapé, comme il le faisait toujours. Elle fit la moue, tenta de le retenir bien malgré elle et sourit doucement en le voyant abdiquer. Elle se mordit l'intérieur de la joue lorsqu'elle sentit les doigts masculins agripper les siens, les battements de son coeur se faisant soudainement beaucoup plus rapides. Elle le laissa rejoindre le lit - leur lit - sans jamais lâcher sa main, sourit doucement avant d'y grimper elle aussi pour se blottir dans ses bras. La tête posée contre son épaule, elle demeura un instant immobile, persuadée qu'il allait s'envoler, s'évaporer si elle osait un geste.

Et puis, délicatement, elle redressa la tête afin de le regarder. Leurs lèvres n'étaient plus qu'à quelques centimètres et même si elle en mourrait d'envie, elle ne fit rien. Elle allait tout gâcher et elle s'en voudrait à jamais d'avoir osé ce qu'elle n'avait plus tenté depuis son réveil si son geste creusait encore davantage le fossé qui les séparait déjà. Nola ne s'était jamais montrée accaparante ou trop tactile lorsqu'ils se trouvaient en public, se contentait parfois de lui attraper la main afin de marcher à ses côtés, mais lorsqu'ils retrouvaient la quiétude de leur logis, lorsqu'ils étaient enfin seuls, elle adorait l'embrasser et le serrer dans ses bras, adorait se blottir contre lui, simplement, les yeux fermés pour mieux profiter de l'instant. Elle effleura doucement son bras du bout des doigts, caressa délicatement son épaule afin de lui offrir un tempo pour s'endormir. Elle voulait qu'il se repose, qu'il prenne du mieux et qu'il ne pense plus à rien et elle était prête à rester éveillée toute la nuit si ce simple petit geste pouvait lui permettre de trouver le sommeil et de retrouver ses forces. Malgré les trois pansements qui recouvraient son visage, elle le trouvait tout de même tellement beau qu'elle peinait à fermer les yeux. La fatigue eut raison d'elle, néanmoins, puisqu'elle se serra davantage contre lui avant de s'endormir, un long moment plus tard.

Lorsqu'elle se réveilla, ce matin-là, elle se mordit la lèvre avant de s'extirper délicatement de ses bras. Elle ne savait pas s'il avait dormi beaucoup ou s'il venait tout juste de s'endormir et elle préférait ne pas le réveiller. Elle l'observa pendant un moment avant d'effleurer la joue de son homme du bout des lèvres et de quitter la chambre pour rejoindre plutôt la salle de bain. Sans prendre la peine de bien refermer la porte derrière elle, Nola retira sa nuisette et son sous-vêtement, qu'elle laissa tomber au sol. Elle fit couler l'eau avant de se rendre sous la douche, enfouit son visage dans le creux de ses mains afin d'évacuer toute cette tension, tout ce stress. L'eau chaude lui fit du bien, néanmoins, mais ses doigts s'attardèrent un instant sur le petit tatouage qu'elle devinait, dans le creux de sa hanche. Elle poussa un soupir avant de rincer le savon qu'elle avait dans les cheveux et sur le corps, quitta finalement la chaleur de l'eau pour retrouver la fraîcheur de la salle de bain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 131
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 30
› pseudo : mouahahah
› célébrité : Eion Bailey
› crédits : Lux Aeterna (vava) & tumblr (gifs)
› statut civil : marié, ce qui est plutôt compliqué à gérer vu que je ne me souviens pas comment l'aimer.
› métier : il serait bon d'en trouver un.

Dear Diary
› relationship:
› to do list:

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Sam 28 Juin - 15:14

C'était Nola. C'était exactement la Nola de son ancienne vie. Fraîche, naturelle, déterminée, totalement inconsciente de son sex-appeal et de ses attitudes séductrices. Elle agissait ainsi parce que c'était dans sa nature, parce que c'était ce qu'elle avait toujours fait avec lui, avant et parce qu'elle ne se rendait absolument pas compte de ce qu'elle faisait avec cet homme qui lui était étranger. La relation entre les deux époux avaient toujours été comme ça. Naturelle et tendre, sexy tout en étant innocente. C'était doux et bon et agréable, parce qu'aucun des deux n'avait jamais eu à réfléchir à quoi faire pour séduire l'autre. C'était un aspect banal et leur relation, que de toujours se séduire. Quand on se retrouvait seulement quelques semaines entre deux longues absences, le premier rendez-vous était un éternel recommencement. Revenir signifiait toujours retrouver l'autre, le ré-apprivoisé, avec tout ce qu'il avait de différent. Elle et sa vie de femme de militaire hyperactive, lui et les changements que les guerres avaient provoquées sur sa personne. Le jeu de séduction était devenu un élément essentiel de leur vie de couple. Alors non, Nola n'avait absolument pas conscience du jeu auquel elle se prêtait, simplement dans l'espoir d'une nuit de sommeil dans les bras de son défunt époux.
Et c'était difficile de lui résister, terriblement, parce que Nola n'était pas n'importe quoi. Elle était belle, désirable. Typiquement le genre de femme qui pouvait lui plaire, dont il pouvait tomber amoureux. Qu'il soit un adepte de l'armée ou un gars complètement paumé. Le peu de lui d'avant qui restait en lui était le genre d'homme qui pourrait complètement craquer pour elle. Et il savait qu'elle le voulait, qu'elle espérait parvenir à faire qu'il l'aime à nouveau et c'était le plus dur. Parce qu'il le pouvait, qu'elle le voulait, mais qu'il avait peur qu'elle pense après l'avoir retrouvé, alors qu'elle n'aurait que récupéré la loque qu'il était devenu. Il ne pouvait pas lui faire ça. Elle méritait bien mieux que l'ombre défaillante de son parfait petit mari.
Il s'allongea donc et la prit contre lui, la regardant du coin de l’œil, cherchant la bonne façon de se détendre pour pouvoir dormir un peu, malgré le poids sur son épaule. Et puis soudain, il réalisa ce que cela faisait. Ce que cela faisait vraiment d'avoir Nola contre lui. Elle avait un parfum frais et fruité, doux et léger. Son souffle était proche de ses lèvres et il pouvait sentir sa chaleur sur ses lèvres. Même son poids contre son flanc... et la chaleur de son corps... était une découverte agréable. Il savait ô combien l'ancien Cillian aimait la sentir ainsi contre lui, mais pour la première fois, il le ressentait vraiment. Il sentait la chaleur, les odeurs, les emballements de son cœur. Il sentait les sensations et d'un coup, elles imprégnèrent ses souvenirs, leur donnant plus de vie. Il pouvait imaginer le parfum fruité contre ses vêtements, l'accompagnant une partie de la matinée après son départ de la maison. Il pouvait sentir sa chaleur, chassant le froid mordant des longues soirées d'hiver. Il pouvait le sentir. Il pouvait le sentir vraiment et qu'il le veuille ou non, tout son corps se détendit sous sa chaleur.
Cillian posa les yeux sur Nola après plusieurs longues minutes et réalisa qu'elle s'était endormie contre lui. Il sourit. Elle avait l'air si apaisé, si calme, tellement loin des nombreuses nuits agités qu'il avait entendu depuis son canapé, depuis son retour à la maison. « Je suis désolé », murmura-t-il contre ses cheveux, après s'être assuré qu'elle dormait effectivement à poing fermé. « J'aimerais vraiment... crois moi, j'aimerais vraiment être ton mari. » Il soupira, avant de fermer les yeux et de laisser sa tête retomber sur l'oreiller. « Je ne sais juste pas comment l'être... » Il ne lui fallu pas même une minute de plus pour s'endormir à son tour.
Lorsqu'il se réveilla - après la nuit de sommeil la plus longue de ses dernières semaines - il était seul dans le lit, Nola évaporé. Il resta encore un moment sous les couvertures, profitant de l'odeur enivrante de la jeune femme, imprégné partout dans draps, puis décida finalement qu'il était temps de se lever. Plus par habitude encrée dans ses gènes que par réelle envie ou pensée, il s'allongea sur le sol dès qu'il y eut posé les pieds et commença une série de pompes. Avant, il partait courir dès ses séries terminées, mais aujourd'hui, il ressemblait encore trop à un animal blessé pour pouvoir le faire. Les exercices types abdominaux, pompes et étirements le faisaient déjà bien souffrir et il ne continuait que parce qu'il en avait besoin pour avoir l'esprit clair, mais il n'en faisait pas autant qu'avant et le footing et autres activités du même type était toujours impossible à pratiquer. Ses articulations trop longtemps inutilisées ne le lui permettaient pas. Aujourd'hui était encore pire que d'ordinaire, il ne fit pas plus de trois pompes avant que son épaule ne le lance terriblement, lui rappelant sa bêtise de la veille. Putain de merde ! De dépit, il changea de position et se contenta d'une série de cinquante abdos, avant de rejoindre la salle de bain pour une bonne douche. Il retira son T-shirt et défit son pantalon avant d'entrer dans la salle de bain. Ce n'est qu'une fois la porte fermée que son regard tomba sur le corps complètement nue de Nola, debout devant la vasque et le miroir de la pièce.
« Oh ! Merde désolé !!!! », s'exclama Cillian en fermant les yeux et en se retournant. Un doute le pris soudain concernant une petite chose et il rouvrit les yeux, la regardant moins de deux secondes avant de fermer à nouveau les yeux. « Désolé... vraiment désolé... J'aurais dû vérifier avant de... Ouais, enfin, bref... » Et sans demander son reste, Cillian quitta la salle de bain et fonça dans la cuisine préparer du café, comme si ça pouvait effacer l'incident.

_________________

« Pourquoi tu ne la quittes pas, tout simplement ? » « Parce qu'aussi fort que j'essaye, je n'y arrive pas. Je lui fais mal, tous les jours, à chaque mot, à chaque regard... mais j'arrive pas à envisager partir loin d'elle, alors qu'elle est la seule qui me regarde comme si j'étais la personne la plus importante sur Terre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 196
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 41
› pseudo : Cynthia
› célébrité : Emily Rose
› crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Lun 30 Juin - 20:12

Complètement nue devant le miroir de la salle de bain, Nola attrapa un peigne afin de démêler ses cheveux blonds. Elle sursauta pourtant violemment lorsque la porte de la salle de bain s'ouvrit rapidement sur un Cillian déjà à moitié nu. Elle mit quelques secondes avant d'enrouler une serviette autour de son corps, un peu sous le choc alors qu'elle ne s'était pas attendue à le voir là. « C'est pas grave, Cillian, je ... » Surprise par les paroles de son mari alors qu'il avait généralement l'habitude de la rejoindre dans la douche ou du moins, d'entrer dans la salle de bain lorsqu'elle s'y trouvait, de nombreux mois plus tôt, elle demeura stupéfaite, passa une main dans ses cheveux alors qu'elle portait son regard bleu sur le miroir qui lui faisait face. L'ancien Cillian aurait profité de la situation, se serait approché jusqu'à effleurer ses hanches de ses doigts, jusqu'à déposer de doux baisers à la naissance de sa poitrine. Taquin, il l'avait même déjà ramenée sous la douche alors qu'elle en sortait, lui soutirant un véritable rire. Elle se rappelait encore les baisers fougueux qu'il avait abandonnés dans le creux de son cou, les doigts taquins qui s'étaient chargés de ne pas lui faire regretter cette nouvelle baignade forcée. L'ancien Cillian n'aurait jamais bégayé ainsi en la voyant totalement nue devant lui et elle sentit une boule se créer au fond de sa gorge alors qu'elle laissait tomber la serviette à ses pieds en se mordant la lèvre.

Et si elle n'était plus autant attirante ? Et s'il n'avait tout simplement plus envie de lui faire l'amour comme il l'avait si souvent fait avant parce qu'elle ne lui plaisait plus ? Elle croyait être restée la même, mais son physique ne plaisait peut-être pas à ce nouveau Cillian. Elle ferma les yeux quelques secondes afin de contrôler cette anxiété grandissante au fond de son coeur, reprit la serviette afin d'y enrouler à nouveau son corps. Sans un bruit, elle quitta la salle de bain et se dirigea à nouveau vers leur chambre, prit place sur le lit en fermant les yeux, resserrant dans un automatisme la serviette autour de son corps. Elle ne savait plus ce qu'elle devait faire et comment elle pouvait continuer à avancer comme ça. Elle avait cru que leur relation avait pris un nouveau tournant, mais il était toujours autant pétrifié à l'idée de la voir nue, toujours autant nerveux. Elle ne se releva que lorsque les battements de son coeur s'atténuèrent un peu, lorsqu'elle sentit que son ventre se dénouait doucement malgré tout.

Elle enfila d'abord des sous-vêtements avant de mettre une fine robe d'été, prit une grande inspiration avant de quitter la chambre. Elle rejoignit Cillian dans la cuisine sans faire de bruit, appuya son épaule contre le mur alors que le café était déjà prêt. « Je suis désolée pour ce qui s'est passé tout à l'heure. » fit-elle doucement en croisant les bras sur sa poitrine. « J'ai perdu l'habitude de verrouiller la porte de la salle de bain derrière moi, je ... » suis désolée. Au tout début de leur relation, Nola fermait à clé derrière elle, jusqu'à ce qu'elle lui fasse totalement confiance, jusqu'à ce qu'il lui dise que ce n'était pas nécessaire, qu'il aimait bien tomber sur elle complètement nue, parfois. Elle avait mis beaucoup de temps avant de lui offrir sa confiance et désormais, elle avait l'impression que c'était celle de Cillian qui lui était inaccessible. Elle s'approcha de lui, effleura doucement son bras alors qu'elle plongeait son regard dans le sien l'espace de quelques secondes. Elle finit par baisser les yeux et attrapa une tasse pour se servir un café, le remercia d'un sourire avant de s'écarter un peu. Sans un mot, elle ajouta un peu de lait et beaucoup de sucre, se mordit la lèvre avant de poser ses mains sur le comptoir, derrière elle. « Tu as bien dormi ... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 131
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 30
› pseudo : mouahahah
› célébrité : Eion Bailey
› crédits : Lux Aeterna (vava) & tumblr (gifs)
› statut civil : marié, ce qui est plutôt compliqué à gérer vu que je ne me souviens pas comment l'aimer.
› métier : il serait bon d'en trouver un.

Dear Diary
› relationship:
› to do list:

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Mar 1 Juil - 16:30

Ça n'était pas qu'elle n'était pas désirable. Il n'avait jamais été question de cela, pas pour lui en tout cas. Nola était désirable, plus que désirable. Et habillée ou nue, elle l'était toujours farouchement. D'autant que les souvenirs d'elle nu n'aidait déjà pas avant qu'il ne la voit de ses nouveaux yeux. Avant, il n'était certes pas rattaché à ses émotions de l'époque, mais il n'en éprouvait pas moins du désir face à ce corps que le film de sa vie lui avait appris à connaître sur le bout des rétines. Non, c'était justement parce qu'elle l'était que tout cela était bien trop difficile. Comment tenir une « connaissance » dans ses bras, quand celle-ci attendait plus de vous et qu'un peu trop de proximité de sa part trahirait votre désir d'homme ? Comment maintenir une distance physique et émotionnelle convenable entre deux inconnus si son corps se frottait trop au vôtre ? Ne pas l'approcher était une bonne option. La meilleure.

La blondinette mit de longues minutes à le rejoindre dans la cuisine et pendant tout ce temps, Cillian resta en appuie sur le plan de travail, le regard dans le vague, essayant de chasser ce qui l'avait habité en la voyant ainsi dévêtue. Il aurait dû être plus prudent, toquer à la porte, écouter même, simplement. Il aurait entendu sa présence et ne serait pas entré et tout ça n'aurait pas eu lieu. Il avait déjà été beaucoup trop loin la veille en acceptant de s'allonger avec elle. C'était beaucoup trop, beaucoup trop vite et ça n'était pas bon. Ni pour lui, ni pour elle. Pourtant, il aurait pu s'insérer si naturellement là dedans. La chose semblait facile, ses souvenirs montraient quelque-chose de facile. Entrer, la voir ainsi faire sa vie, l'attraper doucement et la pousser dans la douche, le jet sur eux pour justifier leur présence, leurs caresses pour unique préoccupation. C'était facile de la câliner et il savait que s'il l'approchait de la sorte, elle ne le repousserait pas. Elle l'accepterait probablement même venant de lui, espérant que l'étreinte puisse réanimer son mari encore endormi, peut-être même mort. Et encore une fois, c'était ça qui l'empêchait d'agir, peu importe combien il en avait envie. Si ça ne marchait pas ? Si le baiser de conte de fée ou l'étreinte intime sous la douche, ne suffisait pas à ramener l'ancien Cillian ? Il ne serait plus que le Cillian détruit, ayant profité d'elle. Il l'emporterait dans sa déchéance. Il ne pouvait pas lui faire ça. Pas alors qu'elle s'employait jour et nuit à le sauver de lui-même.

Lorsqu'elle revint vers lui, elle portait une robe, certes légère, mais tout à fait acceptable pour une rencontre dans la rue. Il faisait plutôt chaud de toute manière et ça n'était pas parce qu'il y avait accident de nudité qu'elle devrait mettre un gros pull à col roulé. Il se regarda lui-même en retour et réalisa que lui était bien moins décent, cependant, n'ayant pris que le temps de mettre un pantalon, mais étant resté torse nu. Il aurait sans doute du remettre un T-shirt...

Elle fut la première à parler, s'excusant et il la regarda avec surprise. Elle se fichait de lui, non ? Mais non. Elle était sincère. Elle lui expliqua d'ailleurs qu'elle avait perdu l'habitude de fermer la porte, synonyme de la raison de sa faute. Il en resta complètement bouche bée. Elle était tellement sincère dans son affirmation, comme si c'était à elle de s'adapter à lui. Il n'en revenait pas. Elle eut le temps de se servir un café et de lui demander s'il avait bien dormi avant qu'il ne revienne réellement à lui. Pendant tout ce temps, il la regarda faire, ne bougeant pas, se demandant comment il avait pu laisser cela arriver. C'était lui qui cherchait sa place dans cette vie, lui qui devait s'adapter à son existence. C'était lui, après tout, qui s'imposait dans une vie qui n'était plus la sienne. Ça n'était pas à elle d'être gêné. « Arrêtes, Nola », soupira-t-il soudainement. « Ça n'est pas à toi de t'excuser, c'est à moi. Je vis chez toi, c'est ta chambre, ta salle de bain,... C'est moi qui aurait du faire plus attention, savoir que tu serais en train de te préparer. Je t'interdis de te considéré comme responsable de cet... incident. » Cillian se prit une tasse de café, à son tour, la regardant à nouveau, avant de sourire doucement. « Et une part de moi n'a pas très envie de s'excuser d'avoir pu t'apercevoir dans ton plus simple appareil », avoua-t-il avec un regard qui en disait long sur les pensées peu catholiques qui traversaient son esprit, non sans la maladresse devenue naturelle dès qu'il parlait avec elle.

Puis il poussa un soupir. Il le lui devait. Il devait vraiment lui dire les choses, parce qu'il sentait qu'elle perdait tout espoir et en était brisé et que cela lui faisait mal à lui aussi. « Je n'avais pas dormi aussi bien depuis mon réveil », avoua-t-il, craignant le trop plein d'espoir qu'il pourrait inspirer, mais souhaitant lui faire comprendre qu'il n'était pas là uniquement pour squatter son canapé. Au fond, lui aussi espérait que cela changerait les choses, pourrait aider et qu'il pourrait retrouver ce qu'il avait perdu d'elle. Il ne partait pas, pas parce qu'elle lui offrait logis et couvert gratuit, mais parce qu'il ne voulait pas la perdre, même s'il ne savait comment s'y prendre. « Mais toi, dis-moi plutôt... » Elle lui avait dit la veille, après tout, pour le convaincre, qu'elle ne dormait pas bien lorsqu'il n'était pas dans le lit. Il espérait au moins qu'avoir cédé l'avait aidé.

_________________

« Pourquoi tu ne la quittes pas, tout simplement ? » « Parce qu'aussi fort que j'essaye, je n'y arrive pas. Je lui fais mal, tous les jours, à chaque mot, à chaque regard... mais j'arrive pas à envisager partir loin d'elle, alors qu'elle est la seule qui me regarde comme si j'étais la personne la plus importante sur Terre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 196
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 41
› pseudo : Cynthia
› célébrité : Emily Rose
› crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Mar 8 Juil - 2:33

Nola se retourna doucement vers lui lorsqu'il lui demanda d'arrêter, sans comprendre où il voulait en venir. De toute façon, elle ne parvenait plus vraiment à saisir ce qu'il voulait et ce qu'il ne voulait pas, même si elle avait eu l'agréable impression de retrouver un peu du Cillian d'avant dans la douce étreinte qui les avait liés avant qu'elle ne s'endorme, calée contre le corps masculin. La tasse de café entre les mains alors qu'elle posait ses prunelles dans le creux des siennes, elle fronça doucement les sourcils à ses paroles. « Cillian ... C'est ... » autant ton appartement que le miens. Elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'il poursuivait, après avoir pris une tasse de café. Surprise, elle ne sut pas vraiment comment interpréter ses propos, se mordit légèrement la lèvre alors que son regard se posait bien malgré elle sur le torse de son mari, bien qu'il soit un peu plus amaigri depuis son réveil. Elle s'attarda davantage sur les abdominaux qu'elle devinait sous la peau, sur ces épaules qu'elle adorait tant masser et caresser avant. Elle aurait tout donné pour récupérer le Cillian d'avant, pour retrouver son mari, mais elle prenait peu à peu conscience du fait qu'elle devrait gagner à nouveau son coeur, qu'elle devrait faire un effort supplémentaire si elle voulait vraiment qu'il lui revienne.

« Ne t'excuse pas, alors. » murmura-t-elle doucement en posant à nouveau son regard dans le sien, non sans s'être attardée sur la courbe de sa mâchoire et sur ces lèvres qu'elle aurait tant aimé embrasser. Ces quelques mots avaient su lui redonner confiance en elle et elle fit quelques pas dans sa direction, poussée par un instinct qu'elle ne contrôlait pas, mais qui la fit s'arrêter bien malgré elle non loin de lui, sans pour autant l'atteindre. Elle n'avait pas envie qu'il s'excuse alors qu'il l'avait vue nue, pas lorsqu'il avait vu son corps dénudé des centaines de fois auparavant. L'avoir à moitié nu devant elle ne l'aidait en rien à calmer les battements de son coeur ou les frémissements qui lui parcouraient parfois l'échine lorsqu'elle pensait à ce que l'ancien Cillian aurait pu lui faire sur le comptoir de cette cuisine et elle n'avait plus qu'une seule envie: se jeter sur lui pour ne plus jamais le lâcher.

Elle ne pouvait pas faire ça et elle détourna plutôt les yeux, passant une main dans ses cheveux encore mouillés alors qu'elle testait du bout des lèvres la température de son café. Elle grimaça et déposa sa tasse sur le comptoir avant de reporter à nouveau son attention sur le brun qui se trouvait à ses côtés, encore une fois surprise par ses paroles. Nola se mordit doucement l'intérieur de la joue alors qu'elle ne s'était pas du tout attendue à ça. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux lorsqu'il lui demanda si elle avait bien dormi, se maudit d'être aussi faible alors qu'il n'y avait absolument aucune raison de pleurer. Elle s'était retournée afin de récupérer le lait une nouvelle fois, en rajouta un peu dans son café alors que ce n'était en réalité qu'une  excuse pour ne pas lui répondre tout de suite et pour essuyer rapidement ses yeux humides sans qu'il ne la voit. Elle détestait pleurer devant les gens et surtout, elle détestait pleurer devant lui. Parce qu'elle était forte en toutes circonstances, parce qu'elle était une femme de militaire et qu'elle avait appris à le laisser partir sans preuve de retour.

Et puis, lentement, elle se glissa dans ses bras afin de se blottir contre lui, enfouit son visage dans son cou. « Je n'ai jamais aussi bien dormi depuis ton départ. » murmura-t-elle à son oreille alors qu'elle fermait les yeux, s'agrippait délicatement aux épaules du brun. Elle priait pour ne pas qu'il la repousse, pour ne pas qu'il l'éloigne de lui en lui rappelant qu'il n'était pas celui qu'elle avait perdu. Qu'il ne remplacerait jamais ce mari disparu qui n'était jamais vraiment revenu. Le coeur battant à tout rompre, les yeux fermés, elle profitait simplement de la présence masculine alors qu'elle était pourtant persuadée qu'elle ne durerait pas. « Tu restes ici, aujourd'hui ... ? » demanda-t-elle doucement en relevant les yeux, à quelques centimètres seulement de son visage à lui. Elle n'avait pas envie qu'il l'abandonne, elle avait envie de passer la journée avec lui. Ils avaient tellement de temps à rattraper, tellement de choses à se dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 131
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 30
› pseudo : mouahahah
› célébrité : Eion Bailey
› crédits : Lux Aeterna (vava) & tumblr (gifs)
› statut civil : marié, ce qui est plutôt compliqué à gérer vu que je ne me souviens pas comment l'aimer.
› métier : il serait bon d'en trouver un.

Dear Diary
› relationship:
› to do list:

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Jeu 10 Juil - 11:16

Parler avec elle était trop dur et si simple en même temps. S'il se laissait prendre au piège, il pouvait facilement tomber dans ce jeu de séduction dans lequel il était passé maître. Il pouvait jouer avec elle et avec ses sentiments. Il pourrait facilement le faire, mais il s'y brûlerait. Il le faisait tous les soirs, toutes les nuits, donnant de son temps, de ses sourires et de ses clins d’œils suggestifs à des demoiselles sans intérêt, mais il ne se brûlait jamais. Il draguait, cajolait du regard, excitait de ses mots, mais ne franchissait jamais les barrières. Pas une caresse déplacée, pas un baiser, pas une seule partie de jambe en l'air... Il rebroussait chemin, toujours avant que cela n'arrive, quitte à se faire insulter par la demoiselle, peu flattée d'être ainsi séduite pour être refroidi en une seconde. Mais il ne pouvait pas. Il n'y arrivait pas. Pas même un baiser. Pas quand l'image de Nola s'imprimait à son esprit dès qu'il faisait quelque-chose de déshonorable. Imaginer le mal qu'il lui ferait s'il allait trop loin le rendait malade. Alors il continuait de rentrer avec l'odeur de ses filles flottant sur lui, mais cela n'allait jamais plus loin que la danse lascive. Avec Nola, le jeu avait des chances de n'avoir aucune limite. Son regard triste dans sa tête serait vite remplacé par son regard comblé dans la réalité et il pourrait totalement perdre pieds en une seconde. Il ne voulait pas prendre ce risque...

Et pourtant, il se laissait faire. Il jouait. Et il prenait le risque de se perdre. Alors qu'il suggérait qu'il n'était pas du tout désolé de l'avoir vu nue, elle lui intima de ne pas s'excuser, alors et il sourit, amusé et séduit. Elle avait toujours eu de l'aplomb, elle avait toujours su quoi lui répondre. Elle avait soufflé le chaud et le froid pendant des semaines, au début de leur histoire et c'était ce qui avait perdu Cillian en premier lieu. Il avait perdu le jeu et il n'avait cessé de lutter par la suite pour qu'elle l'accepte entièrement. Pour qu'elle tombe amoureuse de lui et accepte de le suivre dans sa drôle de vie. Elle l'avait perdu et il l'avait gagné. S'ils rejouaient maintenant, perdrait-il à nouveau ? Il avait le sentiment de l'avoir déjà gagné et de lutter contre le gain. S'il cessait de lutter, qu'arriverait-il ensuite ?

Elle se glissa contre lui et automatiquement, réflexe venu d'un temps ancien, Cillian enroula ses bras autour de sa taille, alors qu'elle répondait à sa question, lui assurant qu'elle n'avait pas aussi bien dormi depuis son départ, soit depuis des lustres. Malgré lui, des millions de frissons glissèrent le long de sa colonne vertébrale, sous l'impact des lèvres de Nola, soufflant leurs mots si près de son oreille, de ses doigts sur ses épaules, de sa proximité chaude et doucereuse. C'était bizarre, mais c'était familier, finalement. C'était mal, mais ça sentait si bon... « Tu restes ici, aujourd'hui ... ? », lui demanda-t-elle doucement. Cillian inspira profondément. Devait-il vraiment rester ? Le pouvait-il seulement ? Il ne savait même plus s'il avait le droit ou non de passer du temps avec sa propre femme.

« Si c'est ce que tu souhaites », souffla l'ancien militaire avec un hochement de tête. « Alors ça sera un plaisir de passer la journée avec toi. Et puis... le psy pense que ça pourrait m'aider de passer du temps avec toi, de faire des choses qu'on faisait avant comme regarder des films avec des repas commandés ou parler ou... ce genre de choses. Me « reconnecter avec mes émotions d'avant » comme il dit... On peut essayer, non ? » Que lui arrivait-il, aujourd'hui ? Ca faisait des semaines qu'il fuyait tout contact avec elle et aujourd'hui plus que jamais, il était disposé à la laisser s'approcher, à aller sur un terrain plus intime et plus chargé en sens, pour elle, comme pour lui. Il voulait toujours la repousser. Il voulait toujours ne pas avoir à s'impliquer, mais en même temps, il était tellement curieux de tout cela. Curieux de comprendre comment il avait fini par ressentir des choses si fortes auparavant. Comprendre comment ses anciennes émotions pouvaient s'accorder avec l'homme qu'il était maintenant. Tout cela était si étrange... Il ne pouvait même pas décrire lui-même ce qu'il voulait ou attendait d'elle, de lui-même, d'eux...

Cillian se recula alors, tapant un peu nerveusement son poing contre sa main, comme il le faisait lorsqu'il était enfant et venait de se faire prendre en faute. « Donc, hum... Il y a un programme ? Je vais prendre ma douche et... ensuite ? »

_________________

« Pourquoi tu ne la quittes pas, tout simplement ? » « Parce qu'aussi fort que j'essaye, je n'y arrive pas. Je lui fais mal, tous les jours, à chaque mot, à chaque regard... mais j'arrive pas à envisager partir loin d'elle, alors qu'elle est la seule qui me regarde comme si j'étais la personne la plus importante sur Terre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 196
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 41
› pseudo : Cynthia
› célébrité : Emily Rose
› crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Ven 25 Juil - 15:07

Nola s'était glissée dans ses bras tout naturellement, en souvenir d'un geste tellement familier, mais tellement lointain aussi. Elle ne se rappelait plus la dernière fois où elle s'était ainsi lovée contre lui pour profiter de la chaleur et de la sécurité que lui procuraient les bras masculins de l'homme qu'elle aimait. Elle s'était bel et bien blottie contre lui lorsqu'il était toujours allongé dans son lit d'hôpital, mais ce n'était pas la même chose puisque Cillian ne lui avait jamais rendu son étreinte. Les amis de Cillian avaient même dû, parfois, l'attraper doucement par les épaules pour l'obliger à se lever et à manger quelque chose, mais la jeune femme était revenue à la charge, avait cherché cette présence toute particulière qui faisait de sa vie autrefois cahoteuse une meilleure vie. Une tonne de petits frissons s'emparait d'elle alors qu'elle effleurait presque sa nuque du bout des lèvres, les yeux fermés. Elle désirait qu'il reste ici, qu'il passe toute la journée avec elle puisqu'elle savait qu'il n'avait rien de prévu. Il n'avait jamais rien de prévu, il l'évitait simplement, partait souvent avant qu'elle ne se réveille, revenait une fois la nuit tombée. Elle ne savait pas ce qu'il faisait de toutes ces longues journées, mais elle avait bien des doutes. Il devait errer, trouver un bar où il pourrait passer le reste de son temps et ... Draguer. Cette idée la rendait folle, d'autant plus qu'elle avait parfois remarqué le parfum féminin qu'il ramenait à la maison. Elle n'avait jamais vraiment posé de questions et elle se contentait de soigner ses plaies sans rien dire, mais l'imaginer dans les bras d'un autre la rendait folle. Folle de jalousie. Folle de tristesse. Folle de colère, même.

Elle se mordit la lèvre, les yeux toujours rivés sur lui, lorsqu'il accepta de passer la journée avec elle, resserra doucement ses doigts contre sa nuque, qu'elle caressait du bout de son pouce, instinctivement. « C'est ce que je souhaite ... » murmura-t-elle doucement alors qu'elle plongeait son regard dans le creux du sien, écoutait avec attention ce qu'il lui dévoilait. « Je pense qu'il a raison. En tout cas, ça ne peut pas nuire, j'imagine. » avoua-t-elle finalement avec douceur en haussant légèrement les épaules, relâchant délicatement la pression de ses doigts sur sa nuque. Elle avait envie de tout essayer parce qu'elle ne voulait pas le perdre; elle savait d'autant plus qu'elle survivrait très mal si elle se devait de le perdre une deuxième fois. Elle pouvait comprendre à quel point c'était difficile pour lui, mais ce n'était pas simple pour elle non plus et ils devaient se serrer les coudes s'ils espéraient un jour pouvoir retrouver leur vie d'avant. Elle avait des choses à lui révéler, elle aussi, mais ce genre d'aveu viendrait sans doute un peu plus tard, lorsqu'ils auraient pris le temps de se retrouver un peu. Elle appréhendait déjà cet instant où elle lui raconterait tout, ce moment d'angoisse où elle laisserait enfin tomber ce qu'elle avait sur le coeur et tout ce qui lui faisait mal.

Elle sourit lorsqu'il recula en se détachant progressivement d'elle, secoua légèrement la tête en le voyant frapper son poing contre la paume de sa main. Elle l'avait toujours trouvé adorable, lorsqu'il faisait ça. « Va prendre ta douche. C'est une surprise. » Elle s'avança un peu pour déposer un baiser sur sa joue, à quelques centimètres seulement de ses lèvres.

Elle attrapa sa main afin de le tirer jusqu'à la salle de bain, taquine, tout à coup. Elle l'y abandonna sans rien ajouter, revint à la cuisine, là où elle se mit à préparer une pâte à gaufres. Elle sortit les fruits, la crème fouettée, le sirop d'érable et de chocolat, qu'elle déposa sur la petite table basse du salon en attendant que la première gaufre soit prête. Elle prépara la petite télévision en glissant un DVD dans le lecteur, revint pour s'occuper des gaufres, qu'elle déposa dans le four afin de les garder au chaud. Elle terminait de faire cuire la dernière dans le gaufrier lorsque Cillian revint et elle se mordit la lèvre avant de relever les yeux sur lui. « J'espère que tu as faim. » fit-elle avec un petit sourire, récupérant le plat de gaufres déjà cuites, fumantes. Elle se rappelait à quel point il adorait lorsqu'elle cuisinait ce genre de petit déjeuner et elle avait décidé de lui faire plaisir, d'autant plus qu'elle aimait aussi beaucoup les gaufres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 131
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 30
› pseudo : mouahahah
› célébrité : Eion Bailey
› crédits : Lux Aeterna (vava) & tumblr (gifs)
› statut civil : marié, ce qui est plutôt compliqué à gérer vu que je ne me souviens pas comment l'aimer.
› métier : il serait bon d'en trouver un.

Dear Diary
› relationship:
› to do list:

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Mar 29 Juil - 14:05

Il n'arrivait définitivement pas à savoir si ce qu'il faisait était bien ou mal. Il lui donnait de l'espoir, il s'en donnait aussi, mais n'était-ce pas un espoir vain. Une de ces actions qui voulaient aider, mais qui pouvait ne causer que plus de mal ? S'il la blessait plus encore, il n'était pas prêt d'être un jour capable de se regarder dans une glace. Il la blessait déjà tellement au quotidien, dans tout ce qu'il faisait... Leur situation se révélait plus violente qu'on ne pouvait l'imaginer.

Doucement, mais sans la moindre hésitation dans la voix, Nola lui assura qu'elle souhaitait qu'il reste pour la journée entière, avec elle. Avant d'ajouter qu'elle était de l'avis du psy et que cette journée à deux pourrait l'aider, qu'en tout cas, cela ne pouvait pas nuire. Cillian se mordit l'intérieur de la joue. Il n'en était pas si sûr, lui. Avec Nola, avec sa propre personne, il marchait sur des œufs en permanence. La moindre petite chose pouvait tout reconstruire ou tout écrouler. Il en était certain. Alors, toute une journée avec elle, à essayer de faire comme avant... cela pourrait sans nul doute les détruire tous les deux.

Au lieu de lui annoncer le plan de la journée, elle lui intima d'aller prendre sa douche, ajoutant que le reste était une surprise et il hocha la tête, avant de faire piteusement un salut militaire. « Bien madame ! » C'était une boutade qu'il faisait souvent. Le salut, comme la position de repos et quelques autres petites choses, étaient comme inscrite dans ses gènes. Même s'il ne se reconnaissait plus en eux, il avait cette mémoire musculaire, cette manière de faire les choses sans y réfléchir, qui faisait qu'il continuait, encore et toujours, dès qu'il laissait son esprit vagabonder et son corps agir dans l'instant. « Vous êtes déconnecté de vos émotions, mais votre cerveau et votre corps ont vécu des années sous le joug d'une même routine. Le levé tôt en toutes occasions, la conscience permanente du monde environnant et ses dangers et les actes et positions que votre corps a effectué pendant tout ce temps. Tout ça est comme encré dans vos muscles, cela ne change pas. C'est ce qui prouve que vous êtes toujours vous, Cillian », lui avait dit son médecin lorsqu'il avait enfin osé lui en parler, frustré de se voir reproduire des actes de l'ancien Cillian qu'il détestait, dès qu'il n'y prenait pas garde. Le besoin d'exercice physique, le positionnement du corps et l'observation portée à toute chose. Des menus détails diront certains. Des choses qui faisaient qu'il ne pouvait renier l'ancien lui, qui l'obligeait à composer avec son ancien et son nouveau lui. Pas plus à l'aise avec pour autant, il l'utilisait pour se défendre face à la pression, pour se moquer de tout ce qu'il abhorrait dans son ancienne vie. Un jeu moqueur qui ne faisait du mal qu'à lui-même... enfin, qui lui aurait fait du mal s'il avait encore de l'estime pour celui qu'il était avant.

Comme chaque fois depuis hier, il la laissa l'embrasser, quand bien même cela dépassait les limites du raisonnable. Si proche des lèvres, si proche d'un vrai baiser. Il ne pouvait pas la laisser faire, mais comme la veille, il avait un mal fou à la repousser, à voir la douleur s'inscrire plus profondément encore sur son visage. Plus le temps passait, plus la blesser lui devenait insupportable. Disparaître était sans doute la meilleure chose à faire, mais ça aussi, il ne pouvait s'y résoudre. Cillian Dunham était passé de héros à lâche... Et il s'éloigna pour rejoindre la salle de bain... enfin il voulu s'éloigner, mais la jeune femme lui lança un regard des plus taquins, avant de le guider d'elle-même jusqu'à la pièce où il pourrait se laver. Il commença à vraiment s'inquiéter de ce qu'elle pourrait faire ensuite. Mais non, elle le laissa simplement en plan là, seul dans la salle de bain, à essayer de remettre ses idées en place.

Comme un automate, il se déshabilla et se plongea sous la douche. Être à nouveau dans cette pièce lui rappelait la scène vécue quelques minutes plus tôt et la surprise qu'il avait eu en découvrant le corps nu de cette femme qu'il connaissait pourtant par cœur. Il l'avait vu et il savait n'en avoir aucun souvenir. Quand s'était-elle fait ça et pourquoi ? Il mit sans doute plus de temps que nécessaire pour se laver, l'esprit complètement occupé par l'interrogation du jour, mais finit par ressortir lorsqu'un bruit dans la cuisine lui rappela qu'il n'était pas seul. Il se sécha rapidement, évitant soigneusement son reflet dans le miroir, grimaçant encore un peu de la douleur occasionné par certains mouvements. Il mit ensuite un pantalon de lin blanc et un T-shirt noir et rejoignit la pièce principale de l'appartement de sa femme, frottant ses pieds nus sur le sol plus que nécessaire, pour lui signaler sa présence. Elle était dans la partie cuisine, en train de faire des gaufres et souligna qu'elle espérait qu'il avait faim. Il sourit. « Je me souviens que j'adorais quand tu faisais des gaufres pour le petit déjeuner. Je me demandais si je l'apprécierais autant, maintenant. Je n'ai pas mangé de gaufres depuis mon réveil... »

Allant s'installer sur le canapé, Cillian se rendit compte de combien cela pouvait être facile, pour devenir difficile la seconde d'après. Il arrivait à parler naturellement d'avant, de son réveil, de maintenant, pourtant, dès qu'il cessait de parler, le malaise induit par la situation le rattrapait et il s'en voulait. Peut-être n'aurait-il pas dû le dire... Peut-être aurait-il dû se contenter de garder le silence, ou de répondre un banal « Oui, je meurs de faim. » Sauf qu'il n'était pas comme ça. Il était franc et sarcastique et il aimait appuyer là où ça faisait mal, parce que rien que se regarder dans le miroir appuyait là où ça LUI faisait mal. Le Cillian qu'il aimait désormais ne mâchait pas ses mots et ne passait pas par la bienséance apprise à l'armée pour dire les choses, il les disait comme il les pensait et sa petite réponse actuelle n'était qu'un faible éclat de ce qu'il pouvait dire, même pas vraiment lui, enroulé dans un ton de douceur pour faire passer la pilule. Ça n'était pas lui. Ni avant, ni après. C'était un entre-deux qu'il détestait. Une tentative de faire la bonne chose, tout en étant à côté de la plaque, dans les deux cas. « Qu'est-ce que tu veux Nola ? Qui est-ce que tu veux, aujourd'hui ? Moi, ou une pâle copie de ton mari ? », demanda-t-il, sans doute un peu brutalement.

_________________

« Pourquoi tu ne la quittes pas, tout simplement ? » « Parce qu'aussi fort que j'essaye, je n'y arrive pas. Je lui fais mal, tous les jours, à chaque mot, à chaque regard... mais j'arrive pas à envisager partir loin d'elle, alors qu'elle est la seule qui me regarde comme si j'étais la personne la plus importante sur Terre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 196
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 41
› pseudo : Cynthia
› célébrité : Emily Rose
› crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Mer 6 Aoû - 2:22

« Ça m'étonnait à chaque fois de voir combien tu pouvais en manger d'affilé. » avoua-t-elle avec un petit sourire avant de déposer les gaufres sur la petite table du salon. Elle en glissa une dans chacune de leurs assiettes et le rejoignit sur le canapé, un peu nerveuse, tout à coup. Bien sûr qu'il aimait encore les gaufres. On ne pouvait pas changer ce goût-là, c'était quelque chose qui restait et qui définissait exactement la personne qu'il était ou qu'il avait été. Peu importait que son ancien lui ait adoré les gaufres, au fond, ce n'était tellement pas important. Elle ne comprenait tout simplement pas pourquoi il mettait un point d'honneur à bien poser la distinction, comme s'il ne se retrouvait plus dans les traits de l'ancien Cillian. Comme s'il s'était perdu, à force de se chercher. Elle avait retrouvé les traits et le visage de son mari, mais elle avait tout perdu et il y avait tellement à faire pour que tout redevienne comme avant. L'homme qu'elle avait devant les yeux n'était plus celui dont elle était tombée amoureuse. Il n'était plus cet homme-là qui la faisait rire et qui parvenait toujours à l'embraser d'un baiser ou d'une caresse. Elle ne savait même plus à quoi elle pouvait s'accrocher puisqu'elle perdait espoir de le retrouver un jour comme avant. Elle s'était dit qu'elle devait faire confiance aux médecins qui lui confirmaient que tout irait mieux avec le temps, qu'elle devait simplement laisser passer les jours et les semaines sans baisser les bras, mais tout était devenu tellement compliqué. En réalité, ce n'était que des gaufres.

Et puis, son monde s'écroula lorsqu'il s'adressa à elle.

« Ce que je veux ... ? » Elle avait parlé à voix basse, mais suffisamment fort pour qu'il entende et comprenne chacun de ses mots alors qu'elle répétait simplement ce qu'elle avait entendu en levant des yeux brillants de larmes vers lui. Rapidement, elle essuya d'un revers de la main les perles salées qui n'allaient pas tarder à glisser sur ses joues. Elle qui l'avait toujours compris, elle qui le connaissait sur le bout de ses doigts et qui savait lire en lui comme dans un livre ouvert, elle ne le reconnaissait plus et c'était pire encore. Rien ne pourrait jamais effacer la dureté de ses paroles alors qu'il s'adressait à elle comme s'il s'était adressé à une femme quelconque dans un bar. Poser ses limites, lui confirmer d'office à quoi elle devait s'attendre afin de ne pas la décevoir. Et bien c'était raté puisqu'il l'avait déjà tellement déçue. Elle s'était accrochée à un espoir qu'elle voyait filer à l'horizon, disparaître sans qu'elle ne puisse le retenir, mais elle voyait bien ce qu'il essayait de faire en la provoquant de cette façon. Qu'est-ce qu'elle voulait ? Qu'est-ce qu'elle voulait vraiment ?

La jeune femme se crispa sur le canapé alors qu'elle ne quittait plus Cillian des yeux, soutenant son regard, bien malgré elle. Elle avait mal, tellement mal, et le regarder de cette façon ne pouvait que rendre la douleur de cet échange plus difficile encore à supporter. « Tu as raison. Je voulais d'abord et avant tout retrouver mon mari. J'ai sacrifié tellement de choses pour toi et ... » Elle sentit que les larmes menaçaient de glisser à nouveau sur ses joues et elle ferma les yeux quelques secondes pour retrouver une certaine forme de contenance avant de reporter à nouveau son attention sur lui. « Et puis, je me suis dit que je pourrais réapprendre à t'aimer. Le nouveau toi. Que je pourrais réapprendre à te connaître. » Elle balança d'un revers de la main ses propres paroles. « J'étais naïve d'y croire. » Elle s'était relevée, les larmes aux yeux, avait tourné les talons, retenant les sanglots qui la secouaient. Elle n'avait plus faim, tout à coup, et elle rejoignit la chambre, dont elle ferma la porte derrière elle avant de s'y adosser, laissant libre cours à ses larmes.

Quelques secondes plus tard, quelques minutes peut-être, elle s'effondrait sur son lit, en pleurs, enfouissait son visage dans le creux de son oreiller sans jamais parvenir à se calmer. Elle se sentait tellement mal et pourtant, elle ne pouvait se résoudre à le prendre pour responsable de tous ses malheurs. Elle avait décidé de ramener Cillian ici et elle avait décidé de lui offrir un toit lorsqu'il était sorti du coma. Pour elle, ce genre de chose coulait de source, mais elle aurait dû écouter cet ami de Cillian, justement, qui lui avait proposé de le prendre chez lui pendant un moment. Trop rapidement, Nola avait voulu qu'il revienne à cette ancienne vie qui avait été la sienne, elle avait voulu qu'il partage avec elle ses soirées et ses nuits, mais elle prenait conscience de la stupidité de son geste désormais. C'était impossible. Cillian ne reviendrait jamais. Roulée en boule de son côté du lit, la jeune femme était tout simplement inconsolable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 131
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 30
› pseudo : mouahahah
› célébrité : Eion Bailey
› crédits : Lux Aeterna (vava) & tumblr (gifs)
› statut civil : marié, ce qui est plutôt compliqué à gérer vu que je ne me souviens pas comment l'aimer.
› métier : il serait bon d'en trouver un.

Dear Diary
› relationship:
› to do list:

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Dim 10 Aoû - 15:28

C'était sa perte. Elle était sa perte. Parce qu'elle était Nola et qu'il ne pouvait agir normalement avec elle. Agir normalement ? Qu'est-ce que c'était au juste ? L'aimer à la déraison ? L'abandonner là, parce qu'elle ne comptait plus ? Comptait-elle seulement encore ? Avait-elle complètement cessé de compter ? Il n'en savait rien, il ne savait plus. Parce que tout ce qui touchait à Nola était flou. Cillian l'avait aimé, de tout son cœur et de toute son âme, sauf qu'il n'arrivait pas à s'y faire, à s'en rattacher, parce qu'il l'affectionnait désormais, mais ne l'aimait pas. Pas de cette façon là. Elle était sa femme, mais il ne lui avait pas dit oui. Il avait fait des projets avec elle, sauf que ça n'était pas ses projets. Lui, il n'était qu'un être qui voulait s'amuser, profiter du retour de sa vie, ne pas penser au lendemain. Elle, elle était une femme vivant dans le passé, dans l'avenir, partout sauf au présent.

Cillian aurait voulu savoir quoi faire exactement. Savoir comment se comporter, pour bien se comporter. Il aurait voulu être capable de prendre la bonne décision... d'au moins prendre une décision. Pas rester là, à stagner dans une situation qui la blessait un peu plus chaque fois et lui faisait ressentir comme s'il n'avait pas la moindre considération pour ses sentiments. Alors encore une fois, il la blessa profondément en lui demandant ce qu'elle voulait exactement de lui, comme si c'était si simple de choisir, comme si elle pouvait vouloir autre chose que son mari, tel qu'elle l'avait épousé. Cillian vit les larmes, mais se força à ne faire aucun geste, à rester de marbre, à attendre la réponse qu'il exigeait. Lui montrer ce qu'il voulait lui dire. Je ne suis pas ton mari. Je ne suis que moi. Soit tu l'acceptes et fait avec, soit je ne pourrais rien, ni pour toi, ni pour nous.

Elle avoua qu'elle voulait retrouver son mari, lui rappelant tout ce qu'elle avait sacrifié pour lui, avant d'assurer qu'elle avait cru pouvoir apprendre à l'aimer lui, le lui qu'il était désormais, qu'elle pouvait apprendre à le connaître. Mais il venait de la gifler mentalement, une nouvelle fois et elle prit la fuite en direction de sa chambre, le laissant seul sur le canapé. Seul et dépité. Il n'y arriverait jamais. Quoi qu'il fasse, il ne savait plus comment la prendre. Plus du tout. Soupirant un grand coup, il passa une main sur son visage, se mordant la langue avec colère. « Merde ! », cracha-t-il en exutoire. Il ne pouvait pas laisser les choses comme ça. Il ne pouvait pas la blesser continuellement et s'attendre à ce qu'elle lui pardonne tout, à ce qu'elle oublie toujours tout et surtout, à ce qu'elle continue de s'en sortir indemne. Elle était forte, si forte, que parfois, il en oubliait combien elle était fragile. S'il continuait à la briser, un jour, elle ne parviendrait pas à recoller les morceaux.

Sans réfléchir, Cillian se leva d'un bon et fonça dans la chambre, ouvrant la porte à la volée. Il mit moins d'une seconde pour la voir coucher sur le lit, cachant ses sanglots dans son oreiller. L'ex-militaire grogna, furibond, avant de la rejoindre, s'allongeant dans son dos, l'encerclant de ses bras pour l'y maintenir fermement. Il ne pouvait pas la laisser partir, pas comme ça, pas alors qu'il ne désirait juste que... s'excuser ? Ça, il ne savait pas s'il en était capable, mais il pouvait toujours tenter de s'expliquer. « Je te blesse. Tout le temps. Quoique je fasse. J'ai beau essayer de... réparer ce qui est réparable, je ne fais que te blesser encore et encore... » Posant son front contre la nuque de la blonde qu'il avait si profondément aimer dans une autre vie, il ferma les yeux et serra les dents. « J'ai peur que tu ne veuilles que lui. J'ai peur que moi, je finisse par te faire horreur... parce que tu ne voudras pas le mettre dehors lui s'il a une chance qu'il revienne et je continuerais de te blesser parce que tu me détesteras... Je ne veux pas ça Nola, alors... » Inspirant un grand coup, une nouvelle fois, Cillian posa ses lèvres contre la peau de la nuque de la jeune femme et continua de murmurer. « Alors, mets-moi dehors, Nola. Dis-moi de partir, parce que te briser est la dernière chose que je veux. Dis-moi de quitter cet appartement et de ne jamais revenir, parce que je ne peux que te garantir une chose : je suis moi, celui que je suis maintenant, avec tout ce que tu peux haïr en lui et tout ce que tu ne retrouves pas de ton mari et c'est tout ce que je peux promettre d'être, tant que rien n'évoluera dans ma tête, tant que les médecins seront inutiles à me... soigner... » Cillian avait presque craché le mot. Soigner. Devait-on vraiment le soigner ? Était-il seulement malade ? Il fallait qu'elle lui dise de partir. Elle devait le faire. Pour son propre bien.

_________________

« Pourquoi tu ne la quittes pas, tout simplement ? » « Parce qu'aussi fort que j'essaye, je n'y arrive pas. Je lui fais mal, tous les jours, à chaque mot, à chaque regard... mais j'arrive pas à envisager partir loin d'elle, alors qu'elle est la seule qui me regarde comme si j'étais la personne la plus importante sur Terre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 196
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 41
› pseudo : Cynthia
› célébrité : Emily Rose
› crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Dim 10 Aoû - 21:47

En pleurs, le visage enfoui dans le creux de son oreiller, Nola ne bougea pas lorsque la porte de la chambre s'ouvrit à la volée. Elle n'avait pas envie de le voir, elle n'avait pas envie de lui parler et elle resta complètement immobile en espérant qu'il changerait d'avis et qu'il quitterait la pièce. Elle n'avait pas forcément envie de le voir disparaître de sa vie, mais elle avait besoin d'un peu de temps pour digérer ce qui venait de se passer, ce qu'il lui avait demandé et ce qu'elle lui avait répondu. Agitée, nerveuse, elle tenta de s'extirper de ses bras lorsque l'ancien militaire vint se plaquer dans son dos, se débattant un peu jusqu'à ce que l'odeur naturelle de son mari vienne apaiser es craintes, ses appréhensions. Le coeur battant à tout rompre, elle ferma les yeux, resserrant délicatement ses doigts tremblants sur les bras de Cillian. Les larmes coulèrent d'elles-même sur ses joues lorsque le brun se mit à parler et elle garda les yeux fermés en se mordant la lèvre pour se donner une certaine contenance. Elle ne comprenait plus pourquoi il était venu la rejoindre ici, pourquoi il la serrait ainsi dans ses bras, comme s'il ne voulait pas la laisser partir. Pourtant, c'était exactement l'impression qu'il lui donnait depuis son réveil; il désirait qu'elle sorte de sa vie pour ne plus jamais y entrer et elle s'accrochait à un fantôme parce qu'elle n'avait jamais eu personne d'autre. Ça ne pourrait jamais fonctionner, ils ne réussiraient jamais à former un couple sain de cette façon et elle n'en prenait réellement conscience que maintenant. Son être tout entier semblait hurler de douleur alors qu'elle resserrait ses doigts contre les siens, refusant pourtant de lâcher prise.

Elle ne savait pas pourquoi il faisait ça, pourquoi il enfouissait son visage dans son cou, pourquoi il la serrait contre elle alors que ses mots n'étaient qu'un paradoxe, qu'une contradiction. « Arrête ... » murmura-t-elle alors qu'il embrassait son cou et qu'elle se sentait frémir sous ses baisers, trembler sous ses mots. Il n'avait pas le droit de faire ça, il n'avait pas le droit de la laisser espérer pour tout lui retirer, quelques heures à peine plus tard. Son ordre manquait de conviction, néanmoins, et Cillian ne la quitta pas, resta plaqué dans son dos alors qu'elle ne pouvait plus bouger et qu'elle fermait fortement les paupières, comme si ce simple geste pouvait l'empêcher de pleurer. Elle l'avait perdu dès l'instant où il avait ouvert les yeux, dès l'instant où il avait posé ses prunelles sur elle et même si elle avait tenté de le retrouver, elle savait désormais qu'elle n'y parviendrait plus. Ça la tuait à petit feu d'imaginer qu'elle se retrouverait de nouveau seule alors qu'elle s'était accrochée à lui tellement fort et depuis tellement longtemps. Elle avait tout sacrifié pour lui, elle l'avait suivi les yeux fermés là où il désirait aller parce qu'elle l'aimait et elle avait passé le plus clair de son temps toute seule en espérant son retour. Il ne lui avait jamais rien demandé et elle l'avait fait de son plein gré pour qu'ils puissent être ensemble, mais elle ne regretterait jamais rien parce qu'elle avait passé les plus belles années de sa vie avec lui. Elle n'aurait jamais aucun remord et elle ne lui reprocherait jamais ça, mais elle avait mis sa vie entre parenthèses. Pour lui.

Ce qu'il lui demandait maintenant était hors de ses forces et elle resta immobile, torturée par les paroles de celui qu'elle appelait encore aujourd'hui son mari.

Lentement, elle relâcha son emprise sur les bras de Cillian, le força à diminuer un peu son étreinte pour lui permettre de se retourner. Il n'y avait presque rien entre eux, pas même quelques centimètres de vide et elle plongea son regard dans le sien, quelques secondes seulement, avant de prendre appui sur l'oreiller sous elle pour venir l'embrasser. Elle avait d'abord effleuré ses lèvres en fermant les yeux, mais rapidement, elle prolongea le baiser, l'approfondit. Les larmes avaient cessé de couler sur ses joues et elle ne pensait plus à rien alors qu'elle emprisonnait de plus en plus ardemment ses lèvres, laissant ses doigts glisser le long de sa nuque. Et puis, elle mit fin au baiser, à bout de souffle, posa son front contre le sien alors que son souffle caressait toujours celui de Cillian. « Je te demande de partir. De quitter cet appartement et de ne plus jamais revenir. Mais seulement si tu n'as rien ressenti maintenant. » avoua-t-elle en un murmure alors qu'elle se redressait finalement pour s'asseoir sur le lit, les yeux toujours fermés alors qu'elle lui tournait le dos. Qu'avait-elle cherché à faire en lui posant ainsi un ultimatum et en l'embrassant comme elle venait de le faire ... ? À se venger ? Elle n'avait réussi qu'à se perdre un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 131
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 30
› pseudo : mouahahah
› célébrité : Eion Bailey
› crédits : Lux Aeterna (vava) & tumblr (gifs)
› statut civil : marié, ce qui est plutôt compliqué à gérer vu que je ne me souviens pas comment l'aimer.
› métier : il serait bon d'en trouver un.

Dear Diary
› relationship:
› to do list:

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Dim 10 Aoû - 23:25

C'était pareil à l'époque. Quand il n'était que le jeune militaire et elle la serveuse. Il avait voulu qu'elle s'éloigne, parce que lui ne pouvait pas, alors que la vie qu'il avait choisie n'allait l'amener qu'à la souffrance. La demande avait été tacite, la réponse tout autant et elle était restée, ne l'avait pas lâché et à force de se voir encore et toujours lors des permissions de Cillian, Nola et lui avaient fini marié, héritant d'une petite maison agréable sur la base. C'était comme à l'époque, mais en pire. Parce que cette fois, il la blessait encore plus, son corps la réclamant, alors que ses mots la poussaient à le rejeter. Quand avait-il pris la sale habitude de lui faire violence autant qu'il se la faisait à lui-même ?

Bougeant assez dans ses bras pour le pousser à desserrer son étreinte, Nola se donna l'occasion de se retourner pour lui faire face. Avant qu'il n'ait eu le temps de réfléchir à des mots, elle posa ses lèvres sur les siennes, l'embrassant d'abord légèrement, puis de plus en plus intensément, l'emprisonnant dans une étreinte à laquelle il répondit avec la même douleur que celle reçue. Et puis les mots sortirent, tranchants avant de le surprendre. Elle voulait qu'il parte, qu'il ne revienne jamais à la seule condition qu'il n'ait rien ressenti pendant leur échange. Putain, songea-t-il violemment, la demande le prenant clairement aux tripes. « Merde, Nola », cracha-t-il avec haine alors qu'il la saisissait sans ménagement, l'entrainant sur le lit et se plaçant au-dessus d'elle. Ils étaient désormais à l'inverse, tête aux pieds, mais il s'en foutait. Il n'était pas là pour dormir la tête confortablement installé sur des oreiller.

Bloquant le corps de Nola du sien, accentuant la pression qu'il pouvait induire de ses hanches pour la maintenir en place, il chercha son regard et y encra le sien. Un regard noir, sans aucune douceur, désormais. « Tu crois vraiment que tu ne me fais rien ? Tu crois vraiment que tu... T'avoir vu nue tout à l'heure ne m'affecte pas ? Que tes caresses et tes baisers me laissent de marbre ? » Il était furieux et ses bras, sur lesquels ils prenaient appuie, tremblaient tant il se contenait, alors même qu'il serrait les dents pour parler et ne pouvait clairement cacher sa colère. « Putain Nola tu crois que c'est facile pour moi, de t'avoir là en permanence, désireuse de me faire céder ? Tu crois vraiment que c'est facile d'être le fantôme de ton mari ? Tu sais ce que je veux ? Je veux juste baiser, merde. Je veux juste... me rappeler, sentir dans ma chair ce que ça fait d'être à l'intérieur d'une nana et tu sais combien de salopes je rencontre chaque soir, combien seraient prêtes à faire tout ce que je leur demande, juste pour une bonne partie de jambe en l'air. » Elle commençait à éviter son regard ou à fermer les yeux, il n'en savait trop rien, mais c'était hors de question, il n'allait pas la laisser faire. « Non ! », aboya Cillian. « Tu veux savoir, alors tu me regardes. Tu me regardes et tu m'écoutes, jusqu'au bout. » Ce qu'elle fut bien contrainte de faire. « Sauf que chaque fois qu'une d'elle approche son visage du mien, le tien me saute aux yeux. Nos parties de jambes en l'air me revienne en mémoire, comme un film porno à la con sur lequel je m'ennuie, alors que je suis certain que ça pourrait juste être génial à vivre. Et toi putain, tu es là à te tenir en petite tenue, à me demander de te rejoindre au lit et je suis pas ton mari. Et je couche pas avec ces nanas parce que tu ne mérites pas que ton mari te trompe et je ne couche pas avec toi parce que tu mérites plus qu'un gars qui - si tu fermes correctement les yeux - te fera croire qu'il est encore ton mari. »

Perturbé par la propre violence de ses mots, par la puissance des émotions trop longtemps contenues, Cillian respirait difficilement, comme s'il avait couru un marathon. Puis brusquement, il se leva, s'arracha du lit et s'éloigna d'elle, en direction de la porte. « Je ne prétendrais pas être lui et je ne coucherais pas avec toi pour que tu crois que je suis lui. C'est moi. C'est moi et rien que moi. Fait avec ! Accepte-moi, prend moi tel que je suis, accepte que je ne sois qu'un putain de connard qui désire la fille sexy qui fait tout pour qu'il lui saute dessus et pas comme ton mari latent et peut-être qu'on pourra avancer. Peut-être qu'on pourra... se trouver. Parce que se retrouver, cela me semble impossible... »

_________________

« Pourquoi tu ne la quittes pas, tout simplement ? » « Parce qu'aussi fort que j'essaye, je n'y arrive pas. Je lui fais mal, tous les jours, à chaque mot, à chaque regard... mais j'arrive pas à envisager partir loin d'elle, alors qu'elle est la seule qui me regarde comme si j'étais la personne la plus importante sur Terre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 196
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 41
› pseudo : Cynthia
› célébrité : Emily Rose
› crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Lun 11 Aoû - 22:25

Elle n'avait pas eu le temps de se relever du lit qu'il la plaquait contre celui-ci, l'emprisonnant de son corps alors que pour la première fois depuis longtemps, Nola avait peur. Elle n'avait jamais eu peur de Cillian, elle s'était toujours sentie en sécurité avec lui, mais ce matin-là, alors qu'il la regardait violemment, elle tenta de se dégager non pas parce qu'elle n'avait pas envie de le regarder ou de l'écouter, mais bien parce qu'il l'effrayait. Elle ne parvenait plus à bouger, complètement bloquée sous lui et ses prunelles peinaient à se fixer alors qu'elle avait abandonné l'idée de chercher à se dégager. Il était beaucoup plus fort qu'elle et elle se devait de subir son assaut sans broncher, le coeur battant la chamade alors que les larmes glissaient à nouveau sur ses joues sans qu'elle ne puisse les retenir. Ce qui s'annonçait être une journée agréable à deux se transformait en cauchemar et Nola prenait soudainement conscience du fait qu'ils ne seraient jamais heureux ensemble puisqu'ils ne cherchaient en réalité qu'à se détruire l'un et l'autre.

Le regard plongé dans le sien, elle subissait et elle tenta de secouer la tête alors qu'il lui parlait, qu'il lui posait des questions auxquelles elle n'avait malheureusement pas la réponse. Oui, pendant un moment elle avait cru qu'elle ne lui plaisait plus, que son corps ne lui faisait plus autant envie, mais il lui confirmait désormais qu'elle avait eu tort de le croire. Les larmes roulèrent sur ses joues alors qu'elle ne réussissait pas à parler, effrayée par le poids de Cillian alors qu'il la plaquait encore plus fortement contre le lit, sans jamais lui laisser ne serait-ce qu'une chance de s'échapper. Il était furieux, elle voyait bien qu'il était en colère, mais elle ne réussissait pas à trouver les mots pour le calmer comme elle aurait pu le faire avec l'ancien Cillian. Ils s'étaient déjà disputés, bien sûr, mais elle ne s'était jamais sentie menacée. Désormais, elle ne le reconnaissait plus et elle avait peur qu'il puisse dépasser les bornes, franchir ces limites qu'ils s'étaient imposées. Elle ne savait plus qui il était, elle ne comprenait plus ce qu'il voulait ou ce qu'il était venu chercher et surtout, elle ne saisissait pas pourquoi il lui disait tout ça maintenant. L'ancien Cillian n'aurait jamais fait ça, l'ancien Cillian ne lui aurait jamais fait mal alors que celui qui se trouvait sur elle l'écrasait de tout son poids afin de s'assurer qu'elle n'ait absolument aucune marge de manoeuvre. Il lui faisait mal en la maintenant ainsi et pourtant, elle ne réussissait pas à ouvrir suffisamment la bouche pour le lui dire, incapable de prononcer ne serait-ce que quelques mots alors qu'il poursuivait sa tirade. Elle ne voulait pas entendre la suite, elle ne voulait rien savoir de ce qu'il avait imaginé ou de ce qu'il avait voulu et elle avait baissé les yeux, cherchant désespérément un point d'ancrage afin de ne pas sombrer. Tous les soirs, elle l'imaginait en compagnie d'une autre femme et elle fermait les yeux en se mordant l'intérieur de la joue lorsqu'il revenait à la maison avec le parfum d'une autre accrochée à ses vêtements, à ses cheveux ou même à sa peau.

Elle n'avait pas su soutenir son regard une seconde de plus, mais les doigts de Cillian l'obligèrent à le faire alors qu'elle plantait des prunelles baignées de larmes, affolées dans les siennes. « Cillian ... » Sa voix, suppliante, l'implorait de ne pas poursuivre et d'arrêter là, elle en avait suffisamment entendu, mais Cillian était visiblement d'un autre avis. Elle ne parvint pas à garder les yeux ouverts alors que le regard qu'il portait sur elle lui faisait tellement mal. Secouée de tremblements alors qu'il ne lâchait pas l'affaire, elle était bien contrainte de l'écouter jusqu'au bout et elle se mordit violemment l'intérieur de la joue pour ne pas éclater en sanglots, jusqu'à ce que le goût ferreux du sang dan sa bouche la fasse sursauter. Et puis, la pression sur elle disparut et elle put à nouveau respirer convenablement, le coeur en miettes. Les dernières paroles du brun la firent frémir alors qu'elle fermait fortement les paupières pour ne pas réaliser ce qui se passait dans la chambre de son appartement. De leur appartement. Elle avait pris et aménagé ce petit nid d'amour pour eux, pour qu'il soit bien lorsqu'il reviendrait à la maison, pour qu'il se sente chez lui, mais le retour tant espéré ne s'était pas déroulé comme elle l'avait prévu. Elle sentit qu'il lui échappait, qu'il se dirigeait vers la porte et elle sut que c'était fini, qu'elle ne pourrait plus jamais le rattraper. Pourtant, elle finit par se redresser afin de lui faire face, tremblante des pieds à la tête.

« Parce que tu penses que c'est facile pour moi ? Que je peux te regarder comme si tu étais un parfait inconnu alors que je t'ai tout donné, que tu connais tout de moi et que je connaissais tout de toi ? Tu penses que c'est facile de faire ça ? » Rapidement, elle vint effacer d'un revers de main les larmes qui coulaient sur ses joues. « Ce n'est simple pour personne, d'accord ? J'essaie ! Crois-moi, j'essaie tellement fort de me dire que tu n'es pas lui et que tu ne le seras plus jamais. Parfois, j'en viens à me demander ce que serait devenue ma vie si tu étais mort sur le champ de bataille. Ou si tu ne t'étais jamais réveillé. » murmura-t-elle alors qu'elle se mordait la lèvre, détestant les pensées qui l'assaillaient à cet instant précis. Parfois, elle se disait simplement que sa vie aurait été tellement plus simple si elle ne l'avait jamais rencontré, si leurs chemins ne s'étaient jamais croisés. Elle lui avait offert son coeur, elle lui avait tout donné et voilà où elle en était aujourd'hui, brisée par le même homme qu'elle avait tant aimé.

« Tu as tort lorsque tu dis que je ne mérite pas qu'on me trompe. » lâcha-t-elle dans un murmure alors qu'elle baissait les yeux en passant une main tremblante sur son visage. « Parce que je l'ai fait. J'ai couché avec quelqu'un d'autre. » avoua-t-elle en relevant difficilement les yeux vers lui, persuadée de mériter ce regard noir qu'il allait lui offrir et cette déception qu'elle pourrait lire dans ses prunelles. « Quand tu étais dans le coma. » Elle savait qu'elle lui faisait du mal, mais si elle avait d'abord cru que se décharger de son secret lui ferait du bien, elle avait surtout l'impression qu'un million de petits morceaux de verre venait de s'enfoncer dans son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


› points : 131
› myrtle beach since : 31/05/2014
› messages : 30
› pseudo : mouahahah
› célébrité : Eion Bailey
› crédits : Lux Aeterna (vava) & tumblr (gifs)
› statut civil : marié, ce qui est plutôt compliqué à gérer vu que je ne me souviens pas comment l'aimer.
› métier : il serait bon d'en trouver un.

Dear Diary
› relationship:
› to do list:

MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian Jeu 14 Aoû - 11:24

Son Cillian n'était pas comme ça, lui l'était. Cette colère, cette rage plutôt et cette violence en lui... Il n'avait pas fait la guerre comme l'autre, il n'avait pas tué, mais il avait tant d'envie de meurtre en lui, tant de besoin de frapper. Bien sûr, jamais il ne lui ferait du mal ainsi. Il était brutal et sauvage et coléreux, mais jamais il ne la frapperait. Elle ne méritait pas ça. Il s'en voulait déjà tellement de la blesser mentalement, de la presser contre lui à lui en faire mal. La peur dans ses yeux, cela le tuait, mais il ne pouvait pas s'arrêter. Il avait trop besoin de lui dire ce qu'il retenait depuis des semaines, trop besoin d'exprimer son mal être. Elle avait une vie de merde, mais il n'était pas mieux lotis et il fallait qu'elle comprenne, qu'il n'avait aucune idée de comment améliorer les choses. Partir ne serait qu'éloigner à ses yeux le problème, sans rien réparer. Rester n'était pas mieux, ni pire. Il était dans une impasse et elle y était bloquée avec lui. Cela ne s'arrangerait pas pour lui, mais ça ne s'arrangerait pas non plus pour elle. Coincé et destiné à se blesser. L'horreur même. Tout ce qu'il n'avait pas voulu et pourtant tout ce qui leur arrivait.

Elle le supplia par son prénom, mais il n'en fit rien. Maintenant que le flot de mots était sorti, il fallait qu'il aille jusqu'au bout. Tant pis si elle le haïssait d'autant plus, alors. Au moins, elle ressentirait pour lui la même aversion qu'il avait chaque fois qu'il osait un regard vers le miroir. Peu l'avaient remarqué, parce qu'il était peu souvent en confrontation avec un miroir en public, mais depuis son réveil, il ne pouvait se regarder. Il n'avait que trop le souvenir de toutes les fois où son ancien lui s'était miré, s'était rasé ou avait simplement observé son corps marqué par la guerre dans un miroir. Son reflet était celui d'un inconnu, alors il avait pris le parti de ne plus poser les yeux sur son reflet, pour ne pas avoir à se haïr. Faible tentative. Il ne haïssait peut-être pas totalement son corps, mais le simple fait qu'il la rattache si profondément à Nola suffisait à ce qu'il lui donne envie de vomir, de le modifier aussi, peut-être. Peut-être qu'avec une autre tête, il s'accepterait plus. Sauf que non, il ne pouvait pas. Les tuméfactions de ses nuits agitées suffisaient déjà bien assez pour qu'il se rende compte que cela n'arrangeait rien, au contraire. Son corps était à lui et pourtant à un autre. Une nouvelle impasse.

Nola ouvrit enfin la bouche, crachant à son tour le fond de sa pensée, lui rappelant qu'elle lui avait tout donné et qu'il fut un temps, ils étaient la parfaite symbiose, connaissant l'autre par cœur. Elle lui demanda s'il pensait vraiment que c'était plus simple pour lui et il ne répondit pas, se contentant de la regarder, l'observant sans rien voir, l'esprit tourbillonnant et vide à la fois. Il était tellement... perdu ? Perdu n'était même pas le bon mot. Il ne savait juste pas. Oh il avait un million de choses à dire, mais rien d'utile. Tant de mots et si peu d'idées, tant d'idées et si peu de mot. Oui, perdu pouvait finalement être le bon mot. Mais pas perdu comme quelqu'un qui ne retrouve pas le chemin de la maison, juste perdu, terminé, plus là et sans aucun espoir de retour. Elle était en train de le tuer lui, comme son ancien lui était mort à la guerre. Bientôt, il ne restait qu'une enveloppe vide, parce que les sentiments... Ils étaient la preuve vivante que les sentiments étaient insupportables. La désirer aussi ardemment, vouloir la protéger si férocement... vouloir la briser. Oui, la briser. Pour la première fois, dans son esprit passa brièvement l'idée qu'il pouvait la blesser et surtout qu'il le voulait. Il voulait qu'elle souffre de l'intérieur, autant que lui, alors même qu'elle lui exprimait déjà toute sa souffrance. Bon sang, il n'était qu'un monstre...

Elle disait qu'elle lui avait tout donné, qu'elle faisait des efforts herculéens pour accepter qu'il était là et que son mari n'était plus, avouant qu'elle s'était demandée comment les choses se seraient passées s'il était mort sur le champ de bataille et il ne répondit rien. L'impact de ses mots ne le toucha même pas. S'il était mort ? Il serait mort avant même d'être né, tout ça n'aurait pas lieu d'être, parce que ça n'était pas lui qui avait été sur le champ de bataille, mais son autre lui. Il n'avait jamais été à la guerre, alors il ne pouvait pas être blessé par l'idée qu'elle aurait voulue qu'il y reste. Ça n'était pas lui, c'était l'autre.

Et puis elle lui annonça qu'il avait tort en pensant qu'elle ne méritait pas d'être trompé par lui. Surpris pour la première fois depuis le début de leur discussion, il releva les yeux vers elle, attendant les explications, intrigué, c'est vrai. Et elle avoua qu'il y en avait eu un autre. Qu'un autre corps, un autre homme, l'avait touché et qu'elle avait couché avec quelqu'un quand il était dans le coma. A son grand étonnement premier, Cillian s'en sentit soulagé. Tout d'un coup, un énorme poids sur son corps s'envola, ne laissant derrière lui qu'une trace légère et fraîche. Elle avait « trompé » son mari dans le coma. Il avait été là, dans ce lit, attendant la mort et elle avait été se jeter dans les bras d'un autre, comme s'il n'était déjà plus là ou comme si le fait qu'il soit là n'avait pas d'importance. Elle, Nola Dunham avait couché avec un autre. Il en aurait presque sourit, entre la joie et l'ironie et le pire, c'est qu'il ne s'en voulu même pas. Elle avait fait cela, elle le considérait comme une erreur, lui le voyait comme le soulagement de sa vie. Elle avait couché avec un autre homme que son mari désormais disparu et il était Cillian Dunham, le nouveau.

Sans un mot, il sortit de la pièce, laissant la porte grande ouverte. De là où elle était, elle pouvait facilement voir ses gestes, alors qu'il attrapait sa veste en cuir resté sur le porte-manteau et fourrait sans main dans l'une des poches pour en extraire le téléphone portable que Nola lui avait donné à son réveil et ses clés de l'appartement. Elle avait voulu qu'il puisse l'appeler chaque fois qu'il en aurait besoin et même s'il ne l'avait pas fait, il l'avait gardé, parce que c'était leur lien quand il n'était pas là. Elle pouvait le contacter, autant qu'il le pouvait et cela suffisait pour savoir qu'elle était là, pas loin. Si elle avait besoin, s'il partait trop loin, elle pourrait le ramener, lui rappeler qu'elle était là et qu'elle l'attendait. Le visage vide de toute émotion, il reposa les yeux sur elle, la regardant droit dans les prunelles, alors qu'il posait le téléphone sur le meuble le plus proche, restant un instant la main dessus, assez longtemps pour que l'impact de son geste soit assimilé. Il était vêtu d'un pantalon de lin, le genre de vêtement qu'on ne mettait qu'à la maison et avec lequel on ne sortait pas, mais il s'en foutait. Brisant le lien entre leurs deux regards, le cliquetis caractéristique des clés touchant le bois parvint à ses oreilles et il prit ses chaussures à la main, avant de sortir. Ce n'est qu'une fois très loin de la porte qu'il prit le temps de les enfiler, ainsi que la veste, quittant l'immeuble sans un regard en arrière. « Adieu Nola », souffla-t-il librement dans le froid matinal, fourrant ses mains dans ses poches et s'éloignant dans la rue qu'il avait choisie au hasard.

Spoiler:
 

_________________

« Pourquoi tu ne la quittes pas, tout simplement ? » « Parce qu'aussi fort que j'essaye, je n'y arrive pas. Je lui fais mal, tous les jours, à chaque mot, à chaque regard... mais j'arrive pas à envisager partir loin d'elle, alors qu'elle est la seule qui me regarde comme si j'étais la personne la plus importante sur Terre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❝ Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Reviens-moi ♥ Cillian

Revenir en haut Aller en bas
 

Reviens-moi ♥ Cillian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» reviens moi kalou (il est revenu )
» je t'en supplie kalou,reviens vite me retrouvée,j'est besoin de toi
» Guillaume Musso
» Votre nouveau rdv du mercredi après-midi sur tf1 : Le journal de Meg.
» Bonne Vendredi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS, STILL YOUNG :: MYRTLE BEACH :: carolina bays :: homes-