AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Disease of the mind. | Goren & Lincoln

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



“Why is it that when we talk to God we're said to be praying but when God talks to us we're schizophrenic?”


› points : 53
› myrtle beach since : 09/05/2014
› messages : 149
› pseudo : Odistole.
› célébrité : James gorgeous McAvoy.
› crédits : Odistole (avatar), Tumblr (gifs)
› statut civil : Célibataire, toujours attaché à son ex-fiancée.
› métier : Ancien sniper reconverti en inspecteur à la crim.
› adresse : #244, Carolina Bays.

MessageSujet: Disease of the mind. | Goren & Lincoln Mer 28 Mai - 22:51

Disease of the mind.
Richard ∞ Taddeus

Taddeus avait une gueule de bois d'enfer, et il regrettait amèrement d'avoir forcé sur la bouteille la veille maintenant qu'il savait que sa tête était aussi douloureuse. Mais il aimait le whisky, enfin, surtout lorsque celui-ci l'aidait à faire fuir ses hallucinations. Ce qui marchait généralement... deux fois sur trois. Oui, il n'avait trouvé que la solution de se bourrer la gueule pour faire disparaître ces hommes et ces femmes tous droits sortis de son imagination. Et en bon Écossais qu'il était, il ne modérait jamais sa consommation d'alcool.
Par chance, ce jour-là, Taddeus avait le cul collé à son siège, dans son bureau, et ses vertiges le faisaient écrire de travers. Il ne manqua pas de tomber de son siège, ce qui fut un exploit. Il déssaoula toute la matinée, et en se massant le contour des lèvres, il se rendit compte qu'il n'était pas rasé. Quelle tête il devait avoir.
Soudain, le téléphone du commissariat sonna, et il décrocha au quart de tour, surpris par sa propre rapidité :

« Lincoln, j'écoute. Quoi ? Où ça ? J'arrive. »

Il alerta ses collègues qu'un braquage était en cours du côté de Rose Arbor Fabrics, et il sortit son portable tout en se dirigeant vers sa voiture. Il décida d'envoyer un texto à Richard, même si ça ne plairait pas forcément aux autres flics. Mais il s'en foutait. Un détective privé, ça pouvait toujours servir. Et puis, il avait un bon feeling avec Goren. Il composa alors le sms suivant et se dicta à haute voix tout en se mettant au volant : « Ramène... tes fesses... à R... A... F. » Il appuya sur envoyer, puis balança son portable sur la banquette arrière pour exécuter une marche arrière un peu délicate et repartir au quart de tour en direction de Myrtle Beach Downtown.
Dix minutes plus tard après avoir essuyé quelques bouchons, Taddeus s'arrêtait dans un dérapage pas très discret à une dizaine de mètres du magasin. De toute façon, il n'aurait pas pu aller plus loin, des voitures de polices barraient la route et formaient un cercle autour de la boutique. Taddeus allait aux nouvelles auprès des officiers sur le terrain lorsqu'il constata que Richard Goren était déjà là. Arrivant dans son dos, il donna une tape sur l'épaule de l'homme de la même taille que lui en déclarant :

« Déjà sur place ? Comment tu te déplaces, merde, en tapis volant ? »

Taddeus s'étira, et bâilla. Qu'est-ce qu'il aurait donné pour une goutte de whisky ! Mais sa migraine était toujours là, et s'il voulait éviter de la rendre encore plus désagréable, mieux valait pour lui éviter d'ingurgiter ne serait-ce qu'une goutte d'alcool. Mais il avait peur. Peur de voir des choses. Il faisait généralement tout pour éviter ses illusions, alcool, crack, et n'avait plus vraiment l'habitude d'être en prise avec elles.
Taddeus quitta Richard un moment pour aller se renseigner auprès de l'officier responsable. Il présenta sa plaque, et posa ses questions. On lui apprit que trois hommes étaient entrés dans la boutique et avaient demandé à ce qu'on lui remette les clés de la caisse. Bien sûr, les gars étaient armés. Une cliente avait appelée les flics en ressortant de justesse avant que les autres ne prennent les clients restés à l'intérieur en otages.
Taddeus écoutait la fin du rapport de l'homme en uniforme lorsqu'un homme cagoulé et armé d'une mitraillette, sortit tout droit de son imagination mais si réel qu'il n'y vit que du feu, surgit devant lui. Taddeus dégaina son arme en hurlant un : « TOUS AUX ABRIS! » tonitruant.
Puis, dans le même mouvement, il tira trois rafales qui n'atteignirent personne d'autre que les vitres du magasins, qui pourtant n'avaient rien demandé.

Code by Silver Lungs

_________________
I always have a beard between jobs. I just let it grow until they pay me to shave it. People are quite surprised it's ginger. Sometimes they ask me if dye my hair and I always say 'Wow, no!' I'm 'trans-ginger.'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://30-years.forumgratuit.ch/t199-are-you-real-or-imagined-ta
 

Disease of the mind. | Goren & Lincoln

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Danish is a language, not a throat disease.
» (✰) i hold the time to keep you off my mind.
» Madness is not state of mind... Madness is a place... Let's go there... Shall We ?
» Préparation à l'accouchement
» Elune Crowley » a mind is like a parachute. it doesn't work if it is not open.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS, STILL YOUNG :: MYRTLE BEACH :: myrtle beach downtown :: rose arbor fabrics-