AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 thank god, you're here (enzo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

❝ Invité

Invité

MessageSujet: thank god, you're here (enzo) Ven 16 Mai - 12:36


thank god, you're here.

Service de nuit rimait pour l'heure avec ennui. Rien n'y personne n'entrait ni ne sortait de l'hôtel. Et pour cause, l'heure tardive. Ashton faisait office de tapisserie, jouant à des jeux idiots sur son téléphone portable. Il ne lui restait plus qu'une heure avant de pouvoir partir. Une petite heure dont les minutes s'écouleraient tellement lentement. C'était exceptionnel. Habituellement, lorsqu'elle avait la gardé de Jeremy, elle ne travaillait pas de nuit. Elle avait profité de l'occasion, alors qu'elle vivait chez son frère le temps des quelques travaux dans son propre appartement. Lukas avait accepté de passer la soirée avec son neveu, elle acceptait de travailler jusqu'à une heure du matin, sachant parfaitement que personne ne viendrait à l'hôtel après. Toute la soirée, elle avait nettoyé son comptoir, rangé les quelques factures qui traînées, remis le registre à jour et elle avait même lu le livre d'or en entier. Elle n'avait vu les clients qu'en début de soirée, après qu'ils aient terminé de manger aux restaurants. Certains plus tardifs étaient rentrés un peu plus tard, mais il n'y avait eu aucuns rebondissement digne d'occuper sa soirée vivement. Elle s'accrochait pour cette ultime heure. Heure après laquelle elle pourrait rentrer se reposer.

Lukas lui avait envoyé une photo de Jeremy, paisiblement endormi, avant d'aller lui même rejoindre les profondeurs du sommeil. Il ressemblait de plus en plus à son père, physiquement parlant. Il commençait à prendre les mêmes traits, les mêmes mimiques. Il était beau, tout simplement. Comme son père l'avait été et l'était d'ailleurs toujours. Elle était là, assise sur sa chaise à attendre que le temps passe, que l'aiguille de l'horloge défile. Elle semblait ne bouger que très lentement, trop sans doute. Elle se maudissait de ne pas avoir pris un livre ou même un magazine rempli de jeux trop faciles et sans intérêts. Elle s'ennuyait. La nuit n'avait généralement rien de bien renversant. C'était souvent plus vivant, il fallait supposer que les gens n'avaient pas envie de sortir, ni même de faire la fête ce soir-là. Les clients avaient choisi de rester ici, à regarder le programme télévisé ou bien à se reposer avant le week-end. Quelle chance pour elle qui avait choisi ce jour précis pour changer son emploi du temps.

Minuit vingt-trois, le silence était pesant. Monotone. Pour s'occuper, Ashton imaginait divers scénarios dignes des pires films d'action qu'elle avait pu voir. Un cambrioleur ne viendrait pas ici, une araignée radioactive ne serait pas son apparition par la bouche d'aération, des ninjas ne viendront pas lui apprendre les arts martiaux. Il n'y avait qu'elle et le gardien, dehors avec qui elle n'avait contact que par téléphone. Autrement dit, ils ne se parlaient pas et se contentaient de faire leur travail chacun de leur côté. Minuit vingt-huit, elle sursauta. Le son strident du téléphone venait de la sortir de sa rêverie. L'écran d'affichage indiquait la suite Venise. Étrange, mais après tout, elle était là pour ça. Et au fond, elle le remerciait d'avoir brisé la monotonie de sa soirée. « Monsieur Whiteoak, vous ne dormez toujours pas ? » Enzo Whiteoak occupait la plus belle suite de l'hôtel. La plus belle mais surtout la plus cher. C'était un bon client, financièrement parlant. Mais humainement, il était bien plus qu'un simple occupant de l'hôtel. Il faisait rire, il était respectueux, il était différent de tous les snobinards qui avaient occupé sa chambre auparavant. Le personnel se mettait en quatre pour lui, même Ashton qui n'était que la réceptionniste. Elle accordait de l'importance à cet homme et pas seulement parce que sa patronne le lui avait demandé. « Que puis-je faire pour vous ? » Elle avait un ton enjoué, malgré la fatigue qui commençait à se faire ressentir dans le moindre millimètre de son corps. Ce coup de téléphone serait source de distraction, elle en était certaine. La seule qu'elle avait depuis des heures.
Revenir en haut Aller en bas
 

thank god, you're here (enzo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» des nouvelles d'enzo
» ENZO FERRARI
» FB live des comédiens animé par Enzo Gioia.
» 23 MAGGIO - FESTA DEL LIBRO et Foto della "festa dei vicini" (27.05.2011)
» Jean Reno

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS, STILL YOUNG :: MYRTLE BEACH :: pinecrest :: marriots ocean villa-